La capitale et le quartier sain où tout est à 10 minutes de marche

Je m’appelle Stan Leinwand, et je suis planificateur principal à la CCN. Je suis également responsable de coordonner nos conférences du Labo d’urbanisme où, chaque mois, des chefs de file, des spécialistes et des gens du public peuvent échanger des connaissances et des idées sur la façon de bâtir une grande capitale.

Le Labo d’urbanisme

Le Labo d’urbanisme de la CCN est un lieu d’innovation pour inspirer l’avenir de la région de la capitale du Canada.

La ville d’Ottawa a accueilli récemmentla conférence International Making Cities Livable, qui a attiré des gens du monde entier. Nous avons eu le plaisir d’en être partenaires dans le cadre de nos conférences du Labo d’urbanisme, puisque nous discutons souvent de la façon de rendre la vie plus agréable dans nos capitales au 21e siècle. Dans la continuité du thème principal de la conférence, celle offerte au Labo d’urbanisme a permis d’explorer la façon dont la présence du gouvernement fédéral dans la capitale peut contribuer à l’aménagement du quartier où tout est à 10 minutes de marche.

Qu’est-ce qu’un quartier où tout est à 10 minutes de marche?

cycliste

Le quartier où tout est à 10 minutes de marche est un concept intéressant. C’est un lieu invitant pour les piétons, où presque tout — épicerie, pharmacie, café du coin, espaces verts, centres communautaires et autres — se trouve tout près de chez soi, que l’on soit à pied, à vélo ou en voiture.

Des recherches en urbanisme ont révélé que les villes qui mettent ce concept en pratique ont tendance à être

  • plus écologiquement durables,
  • plus saines,
  • plus dynamiques et communautaires.

Le Plan de la capitale du Canada de la CCN englobe plusieurs de ces idéaux pour contribuer à l’aménagement de quartiers complets et améliorer le point de liaison entre les zones d’emplois de l’administration publique fédérale et le domaine public. En faisant de la recherche sur ce sujet pour le Labo, je suis tombé sur un article traitant des sept grandes tendances qui façonnent l’avenir de la conception urbaine. L’une des tendances consistait à ce que les complexes d’entreprises se dépouillent de leurs racines du 20e siècle, puisque les gens cherchent à avoir des liens plus étroits avec les quartiers où ils travaillent.

Repenser le complexe d’entreprise

Benjamin Grant est directeur, Politique de design urbain, de SPUR (San Francisco Bay Area Planning and Urban Research Association), un organisme qui promeut la bonne planification et la bonne gouvernance grâce à la recherche, l’éducation et la mobilisation. Il a présenté l’étude de cas de Silicon Valley sur la révision des complexes d’entreprises.

révision des complexes d’entreprises

Silicon Valley est le moteur économique le plus dynamique et innovant du monde, mais les lieux où travaillent ses employés sont des environnements de banlieue ternes. Les grandes sociétés et les meilleurs talents d’aujourd’hui exigent de travailler dans des lieux inspirants au sein de quartiers dynamiques. De fait, ce paradoxe est si fort que les touristes ont de la difficulté à trouver ce qu’est Silicon Valley et de quoi cette vallée a l’air. Pour renverser ce paradoxe, SPUR a commencé par établir des principes de base :

  • Concevoir un réseau piéton.
  • Orienter les immeubles vers les rues et les espaces verts.
  • Organiser les usages en fonction de l’activité publique.
  • Placer les stationnements derrière ou sous les immeubles.
  • Porter attention aux détails de construction et de paysagement à l’échelle humaine.
  • Créer un domaine pédestre ininterrompu et agréable.
  • Construire des rues complètes (pas seulement pour la circulation automobile).

Une fois ces principes mis en application, on peut se rendre d’ici… à là.

Les principes ci-dessus sont semblables à ceux dont on s’inspire pour les complexes de l’administration publique fédérale de la capitale du Canada.

Appliquer ces principes à la capitale du Canada

Le Plan de la capitale du Canada traite de la façon dont nous pouvons mieux intégrer les complexes de l’administration publique fédérale dans la trame urbaine de leurs environs. Comme Silicon Valley, les complexes de l’administration publique fédérale à Ottawa ont été construits et aménagés dans les années 1950 quand l’automobile occupait plus de place dans notre quotidien. Depuis, les choses ont change.

Le pré Tunney aujourd'hui

Le pré Tunney aujourd'hui

Vance Bedore est urbaniste principal du portefeuille à Services publics et Approvisionnement Canada. Ce ministère dirige la transformation des complexes de bureaux de l’administration publique fédérale à usage unique en des quartiers à usages mixtes, axés sur le transport collectif.

Le pré Tunney, en particulier, connaîtra des changements importants quand le train léger sur rail entrera en fonction plus tard cette année. Le plus grand pôle du gouvernement fédéral comprend actuellement 19 immeubles de bureaux construits entre 1950 et 1970, et sa superficie est dominée par le stationnement. Les employés, en particulier les jeunes, n’aiment pas y travailler.

Le pré Tunney de demain deviendra un quartier sain grâce à ce qui suit :

  • Développement axé sur le transport collectif.
  • Création d’un quartier à usages mixtes (résidences, bureaux et commerces de détail).
  • Réduction du stationnement de surface et aménagement de grands espaces verts publics.
  • Intégration dans les quartiers adjacents.
  • Amélioration de la connectivité grâce à des parcours piétons et cyclistes mieux conçus.

Nos conférenciers ont abordé ce concept de façon beaucoup plus détaillée durant leur présentation au Labo d’urbanisme. Assurez-vous de regarder la conférence sur YouTube!

Partagez

Commentaires