La science dans la Ceinture de verdure

En tant qu’agent des projets environnementaux de la CCN, j’explore et étudie certains des secteurs naturels les mieux préservés de la région de la capitale nationale. La conservation des espaces naturels m’a toujours passionné, et faire partager cette passion pour la nature m’enthousiasme tout autant. Dès mon plus jeune âge, je me suis demandé qu’est-ce qui tambourinait dans la forêt (c’est la gélinotte huppée!), pourquoi cette grenouille ne sautait pas (parce que c’est un crapaud!) et comment faisait le raton laveur pour connaitre le jour de collecte des déchets des différents quartiers (je ne le sais toujours pas!).

Alex Stone

Alex Stone

Peu de gens savent que la Ceinture de verdure abrite de nombreuses espèces d’oiseaux, de mammifères, d’insectes, de couleuvres, de tortues et de plantes, que le public peut découvrir simplement en empruntant les sentiers et en utilisant les aires récréatives. Dans les coulisses, plusieurs projets de recherche sont en cours dans la Ceinture de verdure pour aider à la conservation de ces habitats importants.

Projet de recherche sur la maladie de Lyme

Les tiques se trouvent dans les zones couvertes de buissons et d’arbustes, telles que la Ceinture de verdure et le parc de la Gatineau, des milieux où vivent des animaux hôtes comme le chevreuil et la souris. Des chercheurs de l’Université d’Ottawa étudient les tiques qui se trouvent sur les sentiers de la Ceinture de verdure. Pour ce faire, ils marchent le long des sentiers en traînant une toile dans laquelle ils recueillent des tiques. Celles-ci sont ensuite envoyées au laboratoire pour qu’on détermine si elles sont porteuses de la maladie de Lyme.

Nos gestionnaires de sentiers utiliseront les données recueillies pour améliorer la sécurité des usagers en limitant le nombre de tiques sur les sentiers de la CCN. Et nous avons déjà commencé le travail. Cet été vous remarquerez peut-être la présence, des deux côtés des sentiers de la Ceinture de verdure, de copeaux de bois (qui ont été récupérés dans le cadre de notre programme d’abattage de frênes atteints par l’agrile du frêne). Ces copeaux permettront d’élargir la distance entre le sentier et les hautes herbes où vivent les tiques. Les chercheurs évalueront la méthode : idéalement, les tiques sécheront en s’exposant au soleil et mourront avant de se rendre aux sentiers. C’est la première fois que cette méthode est appliquée dans la région, donc nous surveillerons de près les résultats.

Se protéger contre les tiques dans la capitale

La tique aux pattes noires, aussi appelée tique du chevreuil, est présente dans la région de la capitale nationale et constitue une source de préoccupation parce qu’elle peut transmettre la maladie de Lyme.

Reconstruire l’habitat du monarque

La population de monarques connait un déclin rapide. En fait, on vient d’enregistrer une des pires années pour ces papillons au Mexique, où ils passent l’hiver. La Fédération canadienne de la faune étudie les espèces colonisatrices dans la Ceinture de verdure et met à profit notre projet fructueux d’amélioration du milieu humide des rapides Black. Pour y restaurer l’habitat du monarque, nous avons :

  • créé un milieu humide;
  • installé des débris ligneux;
  • planté des végétaux des milieux humides dans la zone riveraine;
  • ajouté des plantes pollinisatrices, comme des asters et de l’asclépiade.

La restauration a donné de bons résultats, et nous avons trouvé des monarques dans le secteur. Nous sommes impatients de les accueillir de nouveau à leur arrivée en juin!

Contrôle de l’agrile du frêne

L’agrile du frêne est un insecte invasif extrêmement nuisible qui a tué des millions de frênes au Canada et aux États-Unis. La plupart des frênes de la région de la capitale nationale sont atteints par cet insect.

L’agrile du frêne

La plupart des frênes qui poussent sur les terrains de la CCN sont affectés par l’agrile du frêne.

Depuis 2014, d’importants travaux expérimentaux de contrôle de l’agrile du frêne ont lieu à la sablière Conroy dans la Ceinture de verdure. Le Service canadien des forêts (Ressources naturelles Canada) utilise des guêpes parasitoïdes (Tetrastichus planipennisi et Oobius agrili) pour réduire la propagation du coléoptère. La guêpe pond ses œufs dans les larves ou les œufs de l’agrile du frêne. Quand les œufs de la guêpe éclosent, les larves se nourrissent des larves du coléoptère et les tuent. Si les résultats de l’étude sont concluants, la méthode pourrait être appliquée à l’échelle nationale.

Petit blongios

Petit blongios

Suivi d’espèces en péril

Pour terminer, j’aimerais vous parler d’une étude que je mène dans la Ceinture de verdure. Le petit blongios est une espèce d’oiseau en péril que l’on trouve dans la Ceinture de verdure. La baie Shirleys constitue un habitat idéal pour cet oiseau, qui a besoin de grands milieux humides pour survivre. Nous avions jusque-là découvert sept couples de petits blongios sur nos terrains, un nombre plus élevé que ce à quoi nous nous attendions au départ.

L’été dernier, j’ai décidé de vérifier si je ne trouverais pas d’autres couples. J’ai fait de nombreuses visites en canot ou à pied, au petit matin, à différents points de la Ceinture de verdure. J’ai été ravi de trouver au total 11 couples d’oiseaux. Nous avons aussi trouvé qu’il y avait une forte corrélation entre la présence du troglodyte des marais, plus sonore, et celle du petit blongios. Je travaille maintenant avec mon équipe pour déterminer la meilleure façon de protéger et de préserver leur habitat.

J’ai donc présenté des recommandations pour préserver l’habitat du petit blongios, lesquelles sont mises en œuvre dans le cadre des stratégies de gestion des terrains. C’est très gratifiant de voir mes recommandations se concrétiser.

Participez

Si vous souhaitez participer à des projets écologiques ou de recherche qui se déroulent dans la Ceinture de verdure, n’hésitez pas à communiquer avec nos partenaires du milieu :

  • Société pour la nature et les parcs du Canada
  • Fédération canadienne de la faune
  • Biodiversity Conservancy International
  • Office de protection de la nature de la vallée Rideau
Partagez

Commentaires