L’art de conserver la Collection de la Couronne pour les générations à venir

Je suis la spécialiste de la conservation et de la Collection de la Couronne au sein de la Direction des résidences officielles à la CCN. Dans le cadre de mes fonctions, je suis responsable de la préservation et de la protection de la Collection de la Couronne.

La Collection de la Couronne

La Collection de la Couronne est constituée de quelque 4 000 artéfacts, allant des textiles aux meubles, en passant par l’art décoratif. Au cours des décennies, on a acquis les artefacts par le biais

  • d’achats effectués par le gouvernement du Canada

  • de dons offerts par les occupants

  • de dons faits par le biais du Fonds Canadiana

Mon objectif est de veiller à ce que nous préservions ces artéfacts pour que les générations à venir puissent en profiter.

Rebecca Bunch

Travailler dans les résidences officielles

Les résidences officielles

Les résidences officielles sont six propriétés historiques d’importance de la région de la capitale du Canada.

Travailler dans les résidences officielles est un vrai plaisir pour moi. Contrairement à ceux des musées, ces artéfacts partagent la vie des familles qui vivent dans les résidences officielles et celle de leurs visiteurs. Les résidences officielles sont à la fois le chez-soi des dirigeants du Canada et des endroits où ont lieu de nombreux événements et réceptions. Ces artéfacts témoignent de notre patrimoine vivant.

Une partie du mandat de la Direction des résidences officielles consiste à accepter et à acquérir des artéfacts qui peuvent être utilisés dans les résidences. Nous tentons d’intégrer ces artéfacts le plus rapidement possible dans la collection, mais ils ont souvent besoin d’être restaurés avant de trouver place dans les residences.  

Conservation : en quoi consiste-t-elle?

Réaliser des traitements de conservation sur les artéfacts, voilà l’un des aspects de mon travail que je préfère. Ces traitements sont nécessaires pour prévenir les dommages causés aux artéfacts qui revêtent un intérêt culturel ou patrimonial. Il existe trois types d’intervention à envisager lorsqu’on examine les possibilités de traitement sur les articles faisant partie de la Collection de la Couronne.

  • La conservation préventive : des mesures indirectes sont prises pour préserver l’artéfact sans en changer l’apparence. Ces mesures portent sur l’environnement de l’artéfact. Mentionnons un bon exemple : la pose d’un film filtrant les UV sur les fenêtres afin de réduire les dommages que peuvent occasionner les rayons UV aux objets délicats comme les aquarelles ou les textiles.
  • La conservation corrective : les mesures appliquées touchent directement l’artéfact. L’objectif est de réduire le risque de détérioration ou de dommages à court terme. Ces mesures peuvent influer sur l’apparence de l’artéfact. En voici quelques exemples : consolider les écailles de peinture sur un tableau ou stopper la corrosion sur un artéfact en métal.
  • La restauration : il s’agit là de la forme de conservation la plus intensive; elle change souvent l’apparence de l’artéfact. La réparation d’une sculpture brisée en serait un bon exemple.

Même si je réalise moi-même des traitements, je n’ai pas le temps d’en réaliser autant que je le voudrais. Nous devons confier une partie du travail de conservation à des spécialistes. Mon rôle consiste à mettre mes connaissances à contribution lors des discussions sur les techniques et les exigences en matière de restauration avec le spécialiste qui effectuera le travail.

Mon artéfact préféré est un miroir doré sculpté de huit pieds de hauteur qui nous est arrivé en assez mauvais état. Des morceaux du cadre manquaient et,  comme il était couvert de bronzine, il avait l’air très foncé et terni. Un doreur de talent l’a restauré récemment, et sa transformation est des plus inspirantes. L’architecte d’intérieur de la CCN est actuellement à la recherche d’un endroit dans l’une des résidences officielles pour mettre en valeur cette pièce magnifique et ajouter de la vie à ce qui l’entoure.

Touche-à-tout

Mes journées passent très vite en raison de toutes les tâches afférentes à mon poste. Un jour, je réalise des traitements concrets tandis que le lendemain j’ai à décider quels objets doivent être restaurés. Je dois aussi me rendre dans les résidences officielles pour voir l’état des artéfacts, évaluer les besoins et préparer les articles pour le transport. Souvent, je me plonge dans des projets auxquels travaille l’architecte d’intérieur. J’ai à faire le bilan des artéfacts qui peuvent être utilisés et à déterminer pendant combien de temps une pièce peut être exposée.

La Collection de la Couronne appartient à tous les Canadiens. Je suis fière de mon travail à la CCN parce que, grâce à lui, les générations futures pourront profiter de la Collection de la Couronne autant que nous en profitons aujourd’hui. 

Partagez

Commentaires