Participations autochtones : six réalisations dans la capitale du Canada

Il y a un peu plus de neuf ans, la CCN a franchi un grand pas en matière de participation des Autochtones quand j’ai été engagé à titre de premier agent de liaison autochtone. À cette époque, je crois que la CCN était la seule société d’État ayant dans ses rangs une personne se consacrant à la mobilisation des groupes autochtones de la région, en particulier les communautés de la Première Nation algonquine anishinabée. Enfin, j’ai également pris le rôle d’aîné autochtone en résidence.

rene

Environ 38 000 Autochtones vivent dans la région de la capitale du Canada. Je suis fier du rôle que je joue à la CCN et de nos réalisations. Celles qui suivent donnent une idée des efforts déployés par la CCN et de son engagement à encourager l’organisation d’activités publiques et la visibilité de monuments commémoratifs qui mettent en valeur l’histoire et la culture algonquines anishinabées.

Je suis particulièrement fier de pouvoir travailler avec des gens si dévoués et disciplinés, et qui ont contribué à ces réalisations qui donnent une voix aux intérêts des peuples autochtones. Ensemble, nous aidons à ce que cette image positive se reflète dans les valeurs de la capitale de notre pays, et j’ai l’honneur de faire partie de certaines de ces réalisations en cours.

Réalisation no 1 : subvention pour des instruments de musique

Junos à KZA

Un premier gain pour la communauté autochtone a été fait à l’époque de la remise des prix Juno de 2012, qui a eu lieu à Ottawa. On m’a demandé de faire participer les communautés des Premières Nations en soumettant une demande de subvention pour des instruments de musique (d’une valeur de 10 000 $). Grâce aux efforts que nous avons consacrés à ce projet, des étudiants de la Première Nation anishinabée de Kitigan Zibi ont reçu une subvention. À l’époque, il n’y avait pas de musique dans les écoles de la communauté, alors j’aime croire que notre travail a eu un impact direct sur le quotidien des jeunes par la promotion de l’art de la musique.

Réalisation no 2 : Anishinabe Nibin

Anishinabe Nibin

Notre projet suivant consistait à organiser une activité soulignant la culture autochtone dans le cadre du Coloris automnal. Trois ans plus tard, nous organisons toujours Anishinabe Nibin (l’été algonquin), qui fait maintenant partie de notre programme annuel régulier. L’activité comprend une démonstration interactive des étapes de la fabrication d’un canot d’écorce et de raquettes ainsi que du tannage de peaux. Cette activité est organisée en collaboration avec les communautés anishinabée de Kitigan Zibi et algonquine de Pikwakanagan.

Réalisation no 3 : Mois de l’archéologie

fouilles publiques

Chaque année, la CCN souligne le Mois de l’archéologie en août et promeut des activités durant tout le mois, y compris des fouilles publiques. Ian Badgely, l’archéologue de la CCN, planifie ces activités populaires auprès du public. En raison de l’importance de l’archéologie dans la région de la capitale, il y avait lieu de concevoir et d’établir un protocole de cogestion des ressources archéologiques. La priorité était d’assurer la collaboration constante entre la CCN et les communautés des Premières Nations anishinabée de Kitigan Zibi et algonquine de Piwakanagan. Ce type d’entente est un exemple de la façon dont la CCN cherche à obtenir des commentaires pour tenir compte de la valeur que le peuple algonquin donne à l’archéologie. Qu’est-ce qui rend cette entente si spéciale? C’est un document unique dont ne dispose aucun autre ministère de la région. Une autre réalisation!

Réalisation no 4 : parc Pindigen

inauguration du parc Pindigen

Le parc Pindigen, inauguré dans le cadre de la Journée nationale des Autochtones en 2017, est un rappel visible de la collaboration de la CCN avec les communautés des Premières Nations de la région. Nous avons travaillé ensemble pour concevoir le parc de façon à éduquer le public à la culture et au patrimoine autochtones. Il met l’accent sur l’un des principes directeurs du peuple anishinabé, pour qui bien vivre signifie trouver l’harmonie entre la terre, l’eau, l’air et les gens. Même les arbres sont indigènes et ont été plantés avec du tabac cérémoniel comme le veut la tradition autochtone.

Avez-vous suivi la piste de l’orignal dans le parc Pindigen?

Réalisation no 5 : Pavillon Kabeshinân Minitig

La CCN voulait s’assurer de la présence algonquine chaque fois qu’un Pavillon de la Confédération était inauguré pour souligner Canada 150. De plus, l’un de ces pavillons a été entièrement dédié à la communauté de la Première Nation algonquine de Pikwakanagan. Le Pavillon Kabeshinân Minitig (île Victoria) a présenté des objets anciens ainsi que des œuvres d’art et d’artisanat autochtones représentatifs du mode de vie algonquin.

Réalisation no 6 : pont du parc du Lac-Leamy

pont du parc du Lac-Leamy

La CCN a fait appel à des étudiants de la Première Nation anishinabée de Kitigan Zibi pour choisir le nom du nouveau pont du parc du Lac-Leamy. Ces jeunes ambassadeurs ont choisi Mâwandòseg, qui signifie « la terre où nous nous sommes réunis pour célébrer » en langue algonquine. J’ai vraiment aimé l’inauguration, parce que j’ai senti que ces jeunes ambassadeurs, qui ont rédigé et lu leur présentation en trois langues, étaient de véritables VIP.

À la lumière de tout ce qu’a fait la CCN au cours des neuf dernières années, y compris les récentes réalisations des célébrations de Canada 150, j’espère que mon rôle continuera de gagner en importance et que je pourrai continuer d’aider la CCN à approfondir sa relation avec les communautés des Premières Nations algonquines de la région.

Partagez

Commentaires