Un legs à bonifier

« Il y a une faille en toute chose, c’est ainsi qu’entre la lumière. » — Leonard Cohen J’ai toujours aimé cette citation parce qu’elle nous rappelle que la raison de revenir sur les décisions du passé n’est pas de porter un jugement, mais d’apprendre du passé.

Retour sur notre passé

Saviez-vous qu’à l’origine, la CCN a été créée pour embellir la capitale et concrétiser la vision de Laurier d’une Washington du nord? L’organisme a été chargé de transformer une rude ville de bûcherons en une capitale empreinte de dignité. Depuis 1899, la CCN et les organismes qui l’ont précédée ont joué un rôle déterminant dans l’aménagement des secteurs les plus symboliques de la capital.  

Canal Rideau

la promenade de la Reine-Elizabeth

L’un des premiers projets d’embellissement de l’ancêtre de la CCN — la Commission d’embellissement d’Ottawa — a été la promenade du canal Rideau (aujourd’hui la promenade de la Reine-Elizabeth). La Commission d’embellissement d’Ottawa a eu l’idée visionnaire de créer une promenade panoramique, ponctuée de beaux espaces récréatifs le long de la route, qui mènerait les gens à la colline du Parlement.

Aujourd’hui, nous tenons pour acquis que cette promenade panoramique était une bonne idée.  Pourtant, au tournant du 20e siècle, ce n’était pas si évident. Le cœur du centre-ville était un secteur très industrialisé et très différent de la capitale pittoresque que nous connaissons aujourd’hui.

L’idée de la promenade du canal Rideau a finalement donné naissance à d’autres projets d’aménagement le long du canal Rideau, comme celui du retrait des voies ferrées du cœur du centre‑ville.  

La patinoire du canal Rideau est une autre idée innovante élaborée par la CCN dans les années 1970. Aujourd’hui, c’est l’un des endroits les plus animés, photographiés et emblématiques de la capital.

La patinoire du canal Rideau

Aujourd’hui, il est intéressant de regarder en arrière et de voir qu’un simple projet d’embellissement est devenu un important symbole de notre pays sur ce qui est maintenant un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.  

Le mille historique

Nous entendons souvent parler du renouveau urbain d’Ottawa des années 1960. Mais nous n’entendons pas trop parler d’un courant sous-jacent de conservation qui existait au même moment. La CCN a travaillé avec les premiers champions de la conservation pour cibler un ensemble de propriétés de la capitale qui risquaient de disparaître ou de se degrader.  

En 1961, la CCN a publié un rapport intitulé Our Vanishing Heritage (Notre patrimoine en voie de disparition). Ce rapport faisait valoir que la CCN devrait acquérir et restaurer ces propriétés negligees.  

Ce projet a eu une incidence majeure sur la promenade Sussex aux abords du marché By, où se trouvaient certains des plus vieux immeubles de la ville. Le rapport recommandait que la CCN acquière et restaure ces immeubles pour créer un espace public rénové et animé. Ce qui n’était qu’une vision en 1961 est maintenant devenu une réalité :

  • Une fois restaurés, les immeubles auront tous un fini extérieur dont le détail reflétera la période de la Confédération. Les enseignes, les fenêtres, les portes et les auvents des magasins auront été conçus conformément à ceux ayant déjà existé. Un trottoir élargi pourrait être construit en face de ces immeubles et l'on y planterait des arbres. 
  • Les secteurs d’autres villes qui ont été conservés de cette façon sont devenus la Mecque des locataires exigeants, et il n’est pas irréaliste de croire que l’espace dans ce secteur pourrait devenir parmi les plus recherchés d’Ottawa. 
la promenade Sussex

Aujourd’hui, nous réhabilitons les immeubles le long de la promenade Sussex, y compris l’îlot de la cour de la Maison-de-Fer-Blanc. Les projets de conservation d’aujourd’hui comprennent des objectifs d’accès universel et de durabilité dont on ne tenait pas compte dans les années 1960.  

Relier notre passé à notre avenir

Le Plan de la capitale du Canada de 2017 à 2067 fait le lien entre notre legs du passé et ce vers quoi nous nous dirigeons. Bâtir la capitale de demain va bien au-delà de son embellissement. Le rôle de planificatrice et d’intendante de la CCN nous donne une occasion unique.  Non seulement jouons-nous un rôle essentiel dans la conservation du patrimoine de la capitale, mais notre mandat nous confie aussi la responsabilité de réfléchir à long terme et d'entreprendre une œuvre qui, nous l’espérons, sera considérée comme digne d’être conserve.  

Partagez

Commentaires