La capitale du Canada et vous : une conversation à Charlottetown et à Québec

Le forum sur le Plan de la capitale du Canada est une conversation sur l’avenir de la capitale de notre pays et le rôle que tous les Canadiens ont à jouer dans son édification. Notre but est de bâtir une capitale où tous les Canadiens se reconnaissent, où tous se sentent chez eux. Le forum est organisé en partenariat avec la Société géographique royale du Canada.

Premier arrêt : Charlottetown

Je suis ravi qu’au 150e anniversaire de la Confédération du Canada, notre premier arrêt ait été Charlottetown, la ville qui a vu naître la Confédération.

Le forum a eu lieu à la Salle commémorative du Centre des arts de la Confédération, un édifice qui fait écho à la capitale. De son architecture à sa mission artistique, il rappelle le Centre national des Arts au cœur de la capitale, de l’autre côté de la rue du siège social de la CCN, en face de la place de la Confédération. Comme la capitale du Canada, ce centre appartient à tous les Canadiens.

Un secteur riverain emblématique

Le secteur riverain emblématique de Charlottetown est l’une des principales raisons pour lesquelles nous avons décidé d’en faire notre premier arrêt. Charlottetown a fait beaucoup pour aménager et animer ses berges et ses fronts de mer.  

Pendant plusieurs jours, j’ai eu des discussions fascinantes avec beaucoup de gens au sujet du secteur riverain de Charlottetown et des éléments du Plan de la capitale du Canada. Le maire Clifford Lee a animé une table ronde des leaders de la collectivité aux horizons multiples pour entendre leur vision de la capitale du Canada. J’ai aussi rencontré le lieutenant-gouverneur Frank Lewis, le premier ministre Wade MacLauchland et le ministre Robert Mitchell. Ces conversations sont importantes au moment où nous commençons nos travaux pour rendre les berges de la capitale plus invitantes et accessibles.

J’ai eu la chance de faire un tour au festival Flotilla, qui sert d’exemple en matière d’animation artistique et culturelle de nos secteurs riverains. Le festival permet à des artistes du monde entier de présenter leur art dans le cadre d’une série d’expositions, d’activités et de discussions publiques exceptionnelles dans la ville.

De gauche à droite : Mark Kristmanson, premier dirigeant de la CCN; Becka Viau, du festival Flotilla; Daniel Feeny, de la CCN; et John Geiger de la Société géographique royale du Canada.

Commentaires du groupe sur le plan

Les participants au forum ont été invités à s’exprimer sur l’un des trois piliers du plan :

  • Accueillante et riche de sens

  • Pittoresque et naturelle

  • Dynamique et branchée

De gauche à droite : Mark Kristmanson, premier dirigeant de la CCN; le chef Brian Francis; Catherine Hennessey, Doug Keefe et Alex Forbes.

Accueillante et riche de sens

J’ai été ravi de présenter au chef Brian Francis, de la Première Nation Abegweit, l’offrande de tabac traditionnelle, suivie du message de bienvenue à l’ouverture du forum.

Le chef Francis a décrit ce qui lui semble être la perte de contact des communautés de l’Île-du-Prince-Édouard avec leur langue et leur histoire. Il appelle cela « la recette pour perdre sa culture à long terme ». Pour les aider à renouer avec leur histoire et leur identité, le chef Francis et son équipe ont créé des lieux où les Autochtones se sentent accueillis et soutenus :

  • Le Mawi’omi Student Centre de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard est un important lieu culturel du campus. C’est un endroit où les étudiants autochtones peuvent se sentir chez eux et faire connaître leurs coutumes et leur patrimoine aux étudiants de toutes les cultures.
  • On prévoit construire un nouvel édifice dans le secteur riverain historique de Charlottetown où la population autochtone hors réserve pourra se rassembler.

Ce sont des endroits accueillants et riches de sens créés pour la communauté autochtone par la communauté autochtone. Le chef Francis a conclu en affirmant que ce principe est pertinent pour la capitale du Canada. Les Canadiens de tous horizons veulent se reconnaître dans les vues et les attraits de la région parce qu’ainsi, ils se sentent les bienvenus.

Pittoresque et naturelle

L’auditoire a écouté Catherine Hennessey, militante locale du patrimoine, raconter l’histoire de Charlottetown et de ses espaces publics. Leur histoire remonte aux années 1760 quand Samuel Holland a été désigné pour arpenter l’île et proclamer l’emplacement de la capitale. Il a choisi Charlottetown parce qu’elle avait le meilleur port. En 1768, Charles Morris, d’Halifax, a tracé le plan de la ville. Charlottetown a travaillé dur pour embellir la ville depuis cette époque.

« Ce n’est pas par hasard si nous avons ces capitales à aimer, à protéger et avec lesquelles travailler », affirme Mme Hennessey. Elle a conclu en demandant aux gens de l’auditoire de continuer à bâtir leur île pour en faire une source de fierté.

Dynamique et branchée

Doug Keefe, directeur général par intérim de Startup Zone, a parlé de l’importance des organisations comme Startup Zone dans la création de capitales dynamiques en aidant les entrepreneurs à rivaliser sur la scène mondiale. Startup Zone encourage les entrepreneurs à mieux comprendre les besoins de leurs clients plutôt que de se concentrer sur leur produit. Cette aptitude est applicable à la mobilisation citoyenne pour bâtir une capitale dynamique.

Alex Forbes, de la Ville de Charlottetown, a parlé de l’histoire du secteur riverain de Charlottetown. Ce secteur autrefois animé a commencé à décliner dans les années 1970. Les plans du secteur riverain créés depuis les années 1970 comprennent des recommandations pour ranimer et protéger ce secteur et y ramener les résidants et les touristes. Les bateaux de croisière qui longent les rives de l’Île-du-Prince-Édouard ces dernières années en sont un bon exemple. Ils ont ouvert l’île à une clientèle internationale qui génère de l’activité économique.

la Ville de Charlottetown

Source : Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard  

Prochain arrêt : Québec

Québec est la ville où les fondateurs de notre pays ont élaboré les premières résolutions qui allaient devenir le fondement de notre Constitution, les assises de la paix, de l’ordre et des bons gouvernements que nous connaissons depuis.

Québec est une capitale depuis plus de 400 ans et, par conséquent, il y a dans cette ville un riche patrimoine à préserver et beaucoup d’éléments caractéristiques et culturels à défendre. Tout le monde peut constater l’excellent travail de la Commission de la capitale nationale du Québec à cet égard.

Lors de notre premier arrêt à Québec, nous avons participé à une table ronde dans un prestigieux édifice patrimonial situé au cœur du quartier Sillery, le domaine Cataraqui. J’ai eu le plaisir de rencontrer Mme Marie Claire Ouellet, la nouvelle présidente et directrice générale de la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ).

J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer des partenaires clés de la Ville de Lévis et des municipalités de Sainte-Pétronille et de Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans. Étaient également présents des représentants des institutions et organismes suivants :

  • Communauté métropolitaine de Québec
  • Université Laval
  • Grand Théâtre de Québec
  • Vivre en Ville
  • Action Patrimoine

La table ronde nous a permis d’échanger sur notre vision à long terme de la capitale du Canada.

Rehausser la beauté de la capitale la nuit

L’une des idées marquantes sur lesquelles s’appuie le Plan de la capitale du Canada est l’élaboration d’une stratégie lumière exhaustive pour rehausser la beauté et le caractère du patrimoine bâti de la capitale à la nuit tombée tout en améliorant la durabilité et la sécurité et en réduisant la pollution lumineuse.  

Commentaires du groupe d’experts sur le plan

groupe d’experts

Accueillante et riche de sens

Denis Angers, qui a consacré beaucoup à l’édification d’une grande capitale à Québec, a fait part de ses réflexions sur le pilier « accueillante et riche de sens ». M. Angers a expliqué qu’une capitale était à la fois une fenêtre et un miroir.   

  • C’est une fenêtre sur le monde, car nous nous en servons pour nous présenter aux autres.

  • C’est un miroir dans le sens que les Canadiens qui visitent la capitale de leur pays sont capables de s’y reconnaître.

Pour se faire bien comprendre, il a pris pour exemple un projet organisé par les ambassades à Washington qui présentent leurs cultures respectives aux autres ambassades et aux résidants. Cela est très semblable à ce que nous voulons réaliser avec notre Pavillon international.  

Pittoresque et naturelle

Chantal Prud’Homme, paysagiste et architecte, s’est exprimée sur le pilier « pittoresque et naturelle ». Elle a présenté la trame verte et bleue de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ). Le plan comprend 14 projets qui assureront la compétitivité, l’attractivité et le développement durable de la région métropolitaine. Ce plan est assez semblable au Plan de la capitale du Canada de bien des façons.   

Dynamique et branchée

Julie Lemieux, de la Ville de Québec, a défini ce que signifie « dynamique et branchée » à Québec. Elle a parlé de certains projets majeurs qui peuvent être une source d’inspiration pour la capitale nationale. Ces projets sont de bons exemples du concept des capitales « fenêtres sur le monde », dont Denis Angers a parlé. En voici deux exemples : 

  • Québec a décidé de créer un réseau pour relier et embellir les rivières et a lancé un concours international. La Ville a reçu 21 propositions provenant du monde entier.

  • La Commission de la capitale nationale du Québec et la Ville de Québec ont travaillé ensemble pour améliorer la première impression que les touristes ont de Québec. Pour ce faire, ils embellissent le secteur où les passagers des bateaux de croisière débarquent. Au lieu de débarquer dans un vieux stationnement, les touristes seront accueillis dans un parc. Le projet a récemment attiré l’attention à l’international quand on en a parlé dans le Los Angeles Times.

le secteur où les passagers des bateaux de croisière débarquent

Le plan est terminé, mais le travail pour réaliser sa vision ne fait que commencer. Je vous invite à y prendre part. Inscrivez-vous à l’une de nos prochaines activités à se tenir au pays.  

Partagez

Commentaires