Pourquoi les capitales sont les mieux placées pour devenir des villes intelligentes

Plus tôt cette année, j’ai pris la parole à la conférence de Bibliothèque et Archives Canada sur les villes intelligentes. Cette conférence tombait à point nommé pour la CCN, car nous venions de lancer Le Plan de la capitale du Canada de 2017 à 2067 qui, pour la première fois, envisage l’avenir de la région de la capitale en tant que ville intelligente.

Le plan expose la vision d’une capitale intelligente prospère et branchée au monde entier. Cela m’amène à la question que j’explorerai dans ce billet : qu’est-ce qui rend une capitale intelligente?

Mark Kristmanson

Source : Bibliothèque et Archives Canada

Je vois trois secteurs où les capitales sont les mieux placées pour devenir des villes intelligentes : les connaissances, le domaine public et l’innovation.  

Les connaissances

J’ai réfléchi au défi de la ministre Mélanie Joly de repenser le contenu canadien à l’ère numérique. Je me suis posé ces questions : Quelle est la place de la capitale? Y a-t-il quelque chose d’unique dans la façon dont les connaissances sont investies dans la capitale et ses institutions?  

On peut se servir des entités qui composent les connaissances de notre région pour créer une signature numérique qui devient reconnue par des régions urbaines dans le monde. Les réseaux de connaissances de la capitale sont renforcés par la présence d’institutions phares culturelles et scientifiques, d’institutions d’enseignement supérieur et de notre secteur privé prospère.  

La distinction que fait Bernard Stiegler entre les connaissances et l’information est révélatrice :

  • L’information est considérée comme très utile quand elle est de dernière minute et sa valeur décline au fil du temps.

  • Les connaissances peuvent ne pas avoir de sens dans l’immédiat, mais leur valeur s’accroît au fil du temps.

Le rôle des villes intelligentes est d’abord d’exploiter l’information — mégadonnées et données ouvertes — pour optimiser le rendement de leurs infrastructures en temps réel. Les capitales intelligentes sont également affaire de connaissances, dirigées par les institutions qui en composent la mémoire, essentiellement en différé.

pont

Le domaine public

La CCN est l’intendante d’actifs matériels, du parc de la Gatineau aux six résidences officielles. Quel rôle ces actifs matériels jouent-ils dans la capitale intelligente? En voici quelques exemples :  

Une meilleure intégration des réseaux de transport en commun d’Ottawa et de Gatineau est essentielle au transport urbain d’une ville intelligente. Nous avons réorganisé les signaux des voies sur l’un des ponts interprovinciaux pour l’intégrer entièrement au contrôle de la circulation de la Ville d’Ottawa.

photo géolocalisée

L’approche des villes intelligentes qui consiste à se servir des mégadonnées peut aider cette analyse. Un exemple anecdotique que j’aime donner est celui de la carte que nous avons consultée en préparant le dessin du Plan de la capitale du Canada sur des photos géolocalisées libres de droits. Il montre la répartition géographique et l’intensité de l’intérêt des visiteurs alors qu’ils affichent leurs photos de la région de la capitale.

Une approche plus fondamentale des villes intelligentes serait d’évaluer les actifs verts de la région de façon à modeler l’économie régionale sur le principe de « capitale naturelle ». À cette fin, nous avons récemment publié la première étude de référence évaluant le capital naturel de la région de la capitale.

Mer Bleue


Beaucoup de villes intelligentes dans le monde commencent à émerger. On voit des exemples à Stockholm, Barcelone, et ici, à Ottawa, alors que la Ville adopte une approche de ville intelligente dans sa gestion de l’eau.   

L’innovation

L’innovation provient du besoin de surmonter des contraintes fondamentales. C’est une réponse créative. Par exemple, si vous visitez Phoenix, en Arizona, vous verrez comment ses « chaleur à trois chiffres » — sa version de notre « moins 40 » — produit de remarquables innovations architecturales en matière de techniques d’ombrage.

Quelles sont nos contraintes ici, dans la capitale du Canada? En voici une :

illumination

Ottawa étant une ville septentrionale, il y fait très noir le soir pendant une grande partie de l’année. Alors, innovons en matière de mise en lumière. Le Plan lumière de la capitale de la CCN, qui sera fin prêt en septembre prochain, met l’accent sur la beauté et le caractère de notre environnement naturel et bâti tout en améliorant la durabilité et la sécurité et en réduisant la pollution lumineuse.   

Pour en savoir plus

Si le sujet des villes intelligentes vous intéresse, je vous invite à découvrir notre labo d’urbanisme de la capitale où la CCN explore différents thèmes liés à la ville intelligente, dont ceux-ci : les véhicules automatisés, l’urbanisme écologique et la gestion des eaux pluviales, l’agriculture urbaine, les plans lumière et l’écoconception des villes.  

Nous lancerons notre quatrième saison en septembre et je m’attends à davantage de débats dynamiques et stimulants sur la façon dont la capitale de notre pays peut prospérer comme ville-région intelligente au cours des 50 prochaines années.

Partagez

Commentaires