Renée Lopez

Étudiante

Le mardi 24 septembre 2019, 11 h 05

Si vous avez grandi dans la région de la capitale nationale ou que vous y habitez depuis un certain temps, vous croyez peut-être que vous connaissez la région comme le fond de votre poche. Mais nous avons déterré des faits historiques peu connus au sujet de la capitale qui pourraient vous surprendre. Voici des secrets du passé à découvrir dans la capitale.

Fontaine du parc de la Confédération

Maintenant connue comme la fontaine érigée en l’honneur du lieutenant-colonel John By, le joyau de granite rouge du parc de la Confédération a une histoire beaucoup plus ancienne que le parc lui-même. Construite en granite rouge de l’Aberdeenshire il y a plus de 150 ans, elle a trôné dans Trafalgar Square, à Londres, de 1845 à 1948. On croit que les brèches sur les bassins superposés sont dues à des éclats d’obus survenus lors des bombardements de Londres durant la Deuxième Guerre mondiale. La fontaine a été offerte au Canada avec une autre œuvre, qui se trouve aujourd’hui sur les terrains de l’édifice de l’Assemblée législative de la Saskatchewan, à Regina. En 1955, la fontaine a été dédiée au lieutenant‑colonel John By.

Fontaine du parc de la Confédération
Fontaine du parc de la Confédération

Pont Alexandra

Lien interprovincial qu’empruntent aujourd’hui bon nombre de navetteurs, le pont Alexandra possède une longue histoire de déplacement à pied, à cheval et en train, dont on peut toujours voir les traces de nos jours. Le pont a été bâti en 1900 pour offrir de nouveaux liens ferroviaires entre la capitale du Canada et le comté de Pontiac et Wakefield. Ceux qui l’empruntent aujourd’hui peuvent toujours voir la division au centre où se trouvait autrefois la voie ferrée, ainsi que l’élargissement où circulaient chevaux et charrettes. La voie ferrée a été retirée en 1967.

Pont Alexandra, William James Topley, Bibliothèque et Archives Canada
Pont Alexandra, William James Topley, Bibliothèque et Archives Canada

Serres du parc Major’s Hill (maison des serres)

Le parc Major’s Hill fut le premier parc municipal d’Ottawa, et la maison des serres a été associée à son embellissement au tournant du 20e siècle. Construite en 1901-1902, cette maison servait à l’empotage et a été ajoutée à un vaste complexe de serres déjà installées sur ce terrain. De nos jours, elle abrite la populaire Taverne sur la colline.

Maison des serres, Bibliothèque et Archives Canada
Maison des serres, Bibliothèque et Archives Canada

Bassin d’évitage du canal 

Le canal Rideau, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, n’a pas toujours suivi un tracé rectiligne au centre-ville. Au début du 20e siècle, un grand bassin d’évitage permettait de contrôler la circulation des bateaux là où se trouvent aujourd’hui le Centre Shaw, le pont Mackenzie-King et le Centre national des Arts.

Bassin d’évitage du canal, Bibliothèque et Archives Canada
Bassin d’évitage du canal, Bibliothèque et Archives Canada

Ruines d’une scierie au bord de la rivière 

Sur le sentier de la Rivière-des-Outaouais, à l’ombre de la colline du Parlement, se trouvent des ruines de pierres datant des années 1870. Il y avait là une scierie à vapeur, que l’on peut voir au verso du billet de quatre dollars de 1900. Une grande partie des berges était occupée par cette industrie à l’époque, et Sir John A. Macdonald a même affirmé qu’il devrait toujours y avoir des industries dans le paysage du Parlement pour renforcer l’image de grands travailleurs des Canadiens.

Ruines d’une scierie au bord de la rivière, Bibliothèque et Archives Canada
Ruines d’une scierie au bord de la rivière, Bibliothèque et Archives Canada

Usine Thompson-Perkins

Il y a une autre usine intéressante à visiter dans la capitale du Canada. L’ancienne usine Thompson‑Perkins, construite en 1842 et 1851, a fait partie du développement industriel de la chute des Chaudières au 19e siècle. Maintenant considérée comme l’une des plus vieilles usines de la ville, elle a été restaurée pour un usage non industriel en 1968. Vous pouvez maintenant visiter les ruines qui ont été préservées ou profiter de la magnifique vue sur la rivière des Outaouais attablé à la brasserie Mill Street qui occupe maintenant les lieux.

Usine Thompson-Perkins avant la restauration
Usine Thompson-Perkins avant la restauration

Avez-vous des secrets à révéler sur l’histoire de biens de la CCN?

Cette année marque les 60 ans de la CCN et 120 ans d’expérience en aménagement de la capitale. Surveillez nos prochains billets de blogue et nos récits historiques sur l’évolution de la CCN et son rôle dans l’embellissement et l’aménagement de la région et de ses infrastructures. La CCN et ses employés, ainsi que ses partenaires, les intervenants et les Canadiens, s’efforcent d’aménager et d’entretenir la région de la capitale nationale de sorte qu’elle soit une source de fierté pour l’ensemble des Canadiens.

Abonnez-vous à un ou plusieurs de nos bulletins