Dominique Huras

Conseillère en communications stratégiques

Le jeudi 11 avril 2019, 10 h 30

Le conseil d’administration de la Commission de la capitale nationale (CCN) a approuvé la proposition d’intégrer 16,5 kilomètres de sentiers non officiels au réseau des sentiers officiels du parc de la Gatineau, maintenant l’élan de promotion de la conservation du projet de gestion responsable des sentiers.

Le parc de la Gatineau offre quelque 200 kilomètres de sentiers officiels pour pratiquer la randonnée, le vélo de montagne, la raquette et le ski. Mais au fil du temps, un réseau de sentiers non officiels aménagés par des usagers s’est développé; celui-ci excède largement le réseau officiel du parc et continue de s’étendre.

La phase 1 de ce projet a été mise en œuvre à l’automne de 2018, avec pour résultat l’intégration d’environ 10 kilomètres de sentiers créés par les usagers — situés à l’extrémité sud du parc, plus près du centre urbain de la région — pour agrandir le réseau officiel. On prévoit que ce projet en quatre phases sera terminé à l’automne de 2021.

Des 16,5 kilomètres de sentiers concernés par la phase 2, un peu plus de la moitié (8,6 km) nécessite la conversion de sentiers d’hiver officiels existants en sentiers quatre saisons. Les nouveaux sentiers officiels vont du chemin Cross Loop au sud, au stationnement P17 à Wakefield et au sentier 53 au nord.

Ces sentiers se prêteront à la randonnée, au vélo de montagne ou aux deux en été. En hiver, on y fera du ski d’arrière-pays, de la raquette ou du vélo d’hiver.

Le projet de gestion responsable des sentiers

Les sentiers non officiels qui ont été aménagés au fil des ans ont un impact environnemental important et néfaste sur certains des habitats fragiles du parc, en plus de poser un risque à la sécurité publique.

Le projet vise à faire cesser l’aménagement de sentiers non officiels et à réduire leur impact global. Pour atteindre ce but, la CCN intégrera quelque 100 kilomètres de sentiers non officiels au réseau de sentiers officiels. De plus, elle remettra quelque 200 kilomètres de sentiers non officiels à l’état naturel afin de restaurer et de protéger des habitats fragiles.

CITATION
« Nous remercions chaleureusement tous les gens qui ont participé à la planification et à ceux qui travaillent avec notre équipe à la réalisation de ce projet. Seuls, nous ne pouvons le faire. Nous avons hâte de travailler avec les usagers du parc et les groupes d’intervenants pour assurer l’avenir du parc de conservation de la capitale. »
— Tobi Nussbaum, premier dirigeant, Commission de la capitale nationale

Consultations

De 2014 à 2017, la CCN a mené de larges consultations auprès de groupes d’usagers des sentiers dans le but de mobiliser les gens et de trouver un terrain d’entente. Quelque 80 organismes et groupes ont été invités à prendre part à la discussion. Ces consultations ont été suivies d’une séance à l’intention du grand public en avril 2017, laquelle a attiré 110 participants. De plus, 1 033 personnes ont répondu au sondage en ligne subséquent. Les commentaires reçus, combinés à l’analyse du personnel, ont donné lieu aux mesures recommandées du projet de gestion responsable des sentiers.