Daniel Hayston

C’est ma conjointe, Karina, et moi qui sommes derrière le Bistro CCN du parc de la Confédération. Nous avons passé l’été dernier à observer la vie dans le parc, un lieu de rencontre au cœur du centre‑ville d’Ottawa, fréquenté par des résidants, des touristes et des professionnels qui travaillent dans les environs. Voici comment tout ça a commencé et à quoi ressemble la vie dans le parc.

Un concept nouveau et unique

J’ai toujours été du genre entrepreneur, et quand j’ai rencontré Karina, elle travaillait dans la gestion de commerces de détail depuis 10 ans. Lancer notre propre entreprise représentait donc l’étape suivante qui allait de soi. Après avoir fait nos premières armes dans différents domaines, nous avons abouti dans celui de la restauration en ouvrant Le Moulin de Provence de la rue Metcalfe, en juin 2016. À ce moment, la première succursale du Moulin, située dans le marché By, accueillait ses clients depuis 17 ans. L’endroit est devenu célèbre après que le président Obama s’y soit arrêté pour déguster un biscuit en forme de feuille d’érable lors de sa visite à Ottawa. Connaissant la bonne réputation du Moulin dans la région, nous avons décidé d’investir et d’ouvrir une deuxième succursale sur la rue Metcalfe, en ajoutant au concept une touche moderne.
Trois ans plus tard, puisque notre entreprise de la rue Metcalfe roulait bien, nous nous sentions prêts pour une nouvelle aventure : faire partie du projet pilote des Bistros CCN. Nous avions entendu dire que la société d’État allait s’associer à des restaurateurs locaux pour ouvrir des bistros dans ses parcs urbains et sur ses terrains riverains. Comme nous avions eu une expérience positive avec la CCN en tant que locataires de ses locaux au 30, rue Metcalfe, nous avons décidé de tenter notre chance devant cette occasion unique. Nous trouvions le concept d’un bistro dans le parc très intéressant, celui-ci ayant été très peu exploité à Ottawa. Je savais que ce serait amusant de passer mon été à observer les gens profiter des journées estivales sur une terrasse. Mon expérience de la restauration me disait que ce serait un succès.

La vie au parc de la Confédération

Le parc de la Confédération était notre premier choix pour l’emplacement d’un bistro, parce qu’il est situé près des attractions touristiques et de l’Université d’Ottawa, et que le milieu des affaires se trouve tout près. Nous savions que le parc était déjà très fréquenté, et nous étions ravis de permettre aux gens de s’arrêter pour profiter des lieux. Moi-même, je traverse à pied le parc de la Confédération depuis plusieurs années, puisque j’habite dans le quartier Côte-de-Sable depuis 13 ans. Mais je n’avais jamais pris le temps de m’arrêter pour observer les gens qui y passent. Je ne connaissais pas toutes les caractéristiques du parc, mais l’ouverture du Bistro a tout changé sur ce point.

Notre commerce a été le premier à s’installer dans le parc de la Confédération sur une longue période, donc nous sommes devenus des observateurs privilégiés de ce qui s’y passe, plus que quiconque jusqu’ici. Dès le premier weekend, nous avons pu constater que le parc est très coloré. C’est le lieu de rencontre de gens de divers horizons, allant de politiciens à des jeunes de la rue. L’endroit attire aussi de petits animaux. Un de nos visiteurs réguliers, un suisse que nous avons appelé Alvin, venait assidument arpenter les lieux à la recherche de restes de maïs soufflé. Nous avons aussi constaté que le parc de la Confédération est un lieu populaire pour le Pokémon Go. C’était fascinant de voir 500 personnes fixer leur téléphone sans se parler. Après avoir attrapé leur Pokémon, plusieurs s’arrêtaient au Bistro pour manger une bouchée.

Gérer l’affluence du dîner (avant COVID-19)

La vie dans le conteneur était également intéressante. Celui-ci ne mesurant que 160 pieds carrés, et le matériel occupant une grande partie de l’espace, les employés devaient s’y partager les 60 pieds carrés restants. Nous devions donc être créatifs dans la façon d’utiliser cet espace. Quatre ou cinq employés y travaillaient en même temps et devaient servir jusqu’à 80 personnes durant l’heure du dîner. En fait, nous avons été plutôt impressionnés par l’aménagement du conteneur par la CCN, lequel facilitait la circulation et nous permettait de traverser l’heure du dîner sans trop se heurter les uns les autres. (C’est devenu comme une danse bien synchronisée.)
Notre petit bistro est devenu un endroit effervescent à l’heure du dîner, et il a dépassé nos attentes. Parmi les raisons de sa popularité, mentionnons sa grande terrasse à l’ombre des arbres et son emplacement près de la fontaine de granite rouge, qui s’élevait jadis à Trafalgar Square, à Londres. Autre raison : les gens ne pouvaient se passer de notre sandwich poires et brie sur gaufre aux noix de Grenoble et bleuets, qui est rapidement devenu le plat le plus populaire du menu. Ne craignez rien si vous ne l’avez pas encore essayé, nous sommes maintenant de retour pour une autre saison.

Quoi de neuf

Cette saison, nous souhaitons continuer de miser sur le succès du Bistro. Notre menu demeurera à peu près le même, mais nous avons pris quelques mesures compte tenu du contexte de la COVID‑19.

  • Pour assurer la distanciation physique, les tables sont plus espacées les unes des autres.
  • Des écrans de plexiglas ont été installés pour réduire le contact entre les serveurs et les clients.
  • Des marques indiquent les directions à suivre et les endroits où faire la file.
  • Du désinfectant pour les mains est offert sur place.

Au plaisir de vous revoir au Bistro du parc de la Confédération!