Institutions nationales situées à l’extérieur du secteur du cœur de la capitale

Le Musée canadien de la nature, à l’origine le Musée de géologie créé en 1856 par
sir William Logan, se trouve dans l’Édifice commémoratif Victoria, également conçu par David Ewart et construit de 1905 à 1910. Cet édifice occupe un emplacement stratégique, son orientation nord donnant une vue directe sur le Parlement par la rue Metcalfe. Récemment, le Musée a fait l’objet d’un agrandissement primé, conçu par Padolsky, Kuwabara et Gagnon, dans le cadre de travaux de rénovation importants réalisés de 2004 à 2010. Le Campus du patrimoine naturel du Musée, qui abrite ses installations de recherche et des collections, se trouve dans le secteur Aylmer, à Gatineau.

Plus excentrés, le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, le Musée des sciences et de la technologie du Canada et le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada présentent les réalisations canadiennes dans le domaine des sciences naturelles et physiques. Ce sont les points d’ancrage d’un ensemble d’institutions fédérales reliées par des promenades nationales ou des lignes visuelles importantes.

Le Musée des sciences et de la technologie du Canada, installé dans l’ancien bâtiment de la boulangerie Morrison Lamothe, a été inauguré en 1967 après que la Commission Massey ait demandé, en 1951, la création d’un musée national consacré aux sciences. Devenu aujourd’hui une institution réputée, le Musée fait actuellement l’objet d’importants travaux d’agrandissement et de rénovation visant à en faire un complexe muséal majeur. Sa réouverture est prévue pour l’automne 2017, et il comprendra alors l’Institut canadien de conservation. Il continuera de promouvoir et de mettre en valeur la longue histoire des réalisations technologiques et scientifiques du Canada et d’inspirer l’innovation future.

D’abord établi à l’aéroport Uplands en 1960, puis déménagé à la base aérienne historique de Rockcliffe en 1964, le Musée de l’aviation du Canada a ouvert ses portes dans ses locaux actuels en 1988. En 2010, son mandat a été élargi afin d’y intégrer la technologie aérospatiale, et il a été renommé Musée de l’aviation et de l’espace du Canada. Dépositaire national de l’histoire aéronautique et spatiale du Canada, ce musée a pour mandat de mieux faire connaître le patrimoine de l’aviation canadienne, de faire valoir le rôle vital de l’aviation dans la vie des Canadiens et d’illustrer l’apport significatif de l’aviation à la croissance et à la prospérité du pays. Installé dans l’ancienne base aérienne de Rockcliffe, il se trouve à côté de pistes toujours utilisées par le club d’aviation de Rockcliffe.

Ces deux musées et le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada forment la Société des musées de science et de technologie du Canada, établie en 1990.

Les sciences publiques constituent une force dans la capitale du Canada, puisque 15 000 scientifiques travaillent aujourd’hui en recherche et développement dans des ministères et organismes fédéraux, tels que Santé Canada, Agriculture et agroalimentaire Canada, Ressources naturelles Canada et le CNRC.

La Ferme expérimentale centrale, établie en 1886, est une ferme fonctionnelle unique située au cœur de la région urbaine. Elle est ouverte au public toute l’année, tout comme l’Arboretum, qui se trouve à côté et dont la superficie est de
26 hectares. Ce bien central du réseau d’espaces verts urbains de la capitale contribue à la biodiversité et renforce le lien entre le canal Rideau et les écosystèmes de la rivière des Outaouais. Au cours des prochaines années, il faudra revalider la perspective écologique et scientifique à long terme en vue de préserver la Ferme expérimentale centrale et l’Arboretum lors de la mise à jour du plan directeur actuel, qui date de 2005.