La Ceinture de verdure

Lieu unique et particulier où cohabitent nature et pratique d’activités récréatives et agricoles, la Ceinture de verdure est un endroit convivial. Grâce à ses 150 kilomètres de sentiers, les usagers peuvent rejoindre le Sentier transcanadien, le sentier Rideau et le réseau du Sentier de la capitale.

La Ceinture de verdure possède une riche diversité de ressources naturelles patrimoniales, dont une rare terre humide boréale, plusieurs espèces en péril, des affleurements géologiques datant de l’ère glaciaire et les vestiges d’une ancienne dune datant de plus de 10 000 ans. Scientifiques amateurs, chercheurs et autres citoyens peuvent contribuer à faire de ce lieu une source enrichissante d’expériences significatives et d’apprentissages tout au long de la vie.

Le Plan Gréber a orienté la configuration et l’aménagement de la région de la capitale pendant plus d’un demi-siècle. Il est à l’origine de la création de la Ceinture de verdure comme moyen de freiner l’étalement urbain de la capitale en pleine expansion, de protéger sa campagne pittoresque comptant des terres réservées à l’agriculture, de créer un réseau d’espaces naturels reliés et de loger de grandes institutions fédérales. Le Plan Gréber ne prévoyait pas le taux de croissance actuel de la population ni l’évolution des modes de consommation des terrains urbains, de sorte que la Ceinture de verdure a graduellement cessé, depuis bon nombre d’années, de remplir la fonction de gestion de la croissance qui lui avait été dévolue. Maintenant cernée par des lotissements urbains, cette importante zone verte protégée acquiert une valeur sans cesse croissante.

En 2067, le vaste réseau d’espaces naturels de la Ceinture de verdure sera mieux intégré au cœur d’une région urbanisée. Ce territoire fera toujours partie intégrante du réseau d’espaces verts de la capitale, en tant qu’entité cohérente et robuste favorisant de façon équilibrée la protection de l’environnement, l’agriculture locale et les activités de loisir. Il continuera de faire fonction de réseau écologique reliant les paysages naturels et culturels de grande valeur se trouvant au milieu de l’urbanisation et de
l’intensification croissantes. La Ceinture de verdure renforcera la résilience globale de la région et témoignera de l’engagement de la capitale de protéger ses atouts pittoresques et naturels. Constituant un exemple sur le plan environnemental, elle fera état du leadership de la capitale en matière d’intendance environnementale.

L’accroissement prévu de la population aura une incidence sur la Ceinture de verdure, puisque la plus grande part de la croissance que connaîtra Ottawa pourrait être observée dans les quartiers se trouvant à proximité de cette zone verte. Compte tenu de la périurbanisation et de l’intensification urbaine croissantes, la Ceinture de verdure pourrait revêtir une importance encore plus grande pour faire face aux changements climatiques et assurer la sécurité alimentaire, la connectivité écologique et le passage à une économie à faible émission de carbone limitant l’empreinte écologique. Avec le temps, elle deviendra une oasis de verdure au centre de la ville et sera aussi importante pour la région que le sont le collier d’émeraudes pour Boston, aux États-Unis, les jardins publics pour Adélaïde, en Australie, ou la forêt viennoise pour Vienne, en Autriche.

La Ceinture de verdure renforcera la résilience régionale par la production locale d’aliments. L’évolution vers une production agricole moderne, diversifiée, résiliente et viable sera d’autant plus pertinente pour la collectivité. La conservation des exploitations agricoles et des sols productifs sur des terrains fédéraux de la Ceinture de verdure, ainsi que les innovations éventuelles futures en agriculture durable et en agriculture urbaine prendront de l’importance dans le contexte à venir de croissance de la population et d’urbanisation continue dans la région. La capitale profitera aussi de la création de meilleures possibilités agrotouristiques et de la préservation active des paysages culturels.


Principales orientations stratégiques pour les 50 prochaines années

  1. La CCN sera l’intendante attentive de ces terres en veillant à maintenir et à protéger les caractéristiques écologiques de grande valeur, comme les terres humides et les habitats, ainsi que les terres agricoles. Elle aménagera des sentiers récréatifs judicieusement situés et, dans la mesure du possible, améliorera les possibilités récréatives offertes aux usagers et en fera la promotion. La capitale démontrera les avantages de l’agriculture durable aux autres régions du pays.
  2. La CCN mettra régulièrement à jour ses politiques d’aménagement du territoire de la Ceinture de verdure afin de gérer sa base foncière en tenant compte de l’évolution physique de la région.
  3. La CCN permettra les usages récréatifs à faible impact pourvu qu’ils n’altèrent pas l’intégrité écologique de la Ceinture de verdure ou qu’ils n’entraînent pas à long terme une fragmentation ou une perte de sols agricoles productifs. En outre, les jardins communautaires municipaux à l’intention des résidants des quartiers adjacents pourraient être autorisés sur les terrains qui permettent les usages agricoles.
  4. La CCN collaborera avec la Ville d’Ottawa, les organismes de conservation et d’autres partenaires des secteurs public et privé à l’aménagement de liens écologiques à partir de la Ceinture de verdure vers les grands réseaux écologiques.
  5. Lorsqu’il aura été démontré que, faute d’autre possibilité viable, de nouvelles infrastructures doivent traverser la Ceinture de verdure, la CCN encouragera leur regroupement dans des corridors afin d’éviter une plus grande fragmentation du territoire. Toute proposition de nouvelle infrastructure de transport devra être évaluée dans le cadre du processus d’évaluation des effets cumulatifs que la CCN et la Ville d’Ottawa ont établi conjointement.
  6. La CCN promouvra une agriculture urbaine de classe mondiale, faisant appel à des pratiques de pointe et comprenant la réalisation de travaux de recherche conjoints en matière de terre agricole, de conservation des sols et de production alimentaire. S’appuyant sur la situation unique de ses terres agricoles protégées se trouvant près du centre d’une grande agglomération urbaine, elle contribuera grandement à l’amélioration de la résilience et de la sécurité alimentaire en soutenant la production locale. Elle mettra en valeur le legs agricole vivant du Canada en rehaussant la richesse du patrimoine et de l’histoire agricoles de la région tout en adoptant une production agricole moderne, diversifiée et durable.
  7. La CCN participera aux discussions avec les autres ordres de gouvernement concernant les utilisations futures du sol aux limites extérieures de la région de la capitale nationale afin de préserver la biodiversité régionale.