La portée du Plan

Musée canadien de l’histoire

Musée canadien de l’histoire

Document d’aménagement fondamental de la Commission de la capitale nationale (CCN), le Plan de la capitale du Canada se situe au sommet du cadre de planification de la capitale. La place importante qu’y occupent les terrains fédéraux fait état du mandat de la CCN énoncé dans la Loi sur la capitale nationale. Toutefois, puisque le territoire visé par le Plan concerne également les autorités provinciales et municipales, on y envisage la capitale comme un système ouvert comportant des éléments symboliques, naturels, écologiques, économiques et de mobilitéinterdépendants qui forment un réseau élaboré de relations entre les terrains fédéraux et non fédéraux de la région.

L’horizon de planification est de 50 ans, soit au-delà de la durée de la plupart des documents d’urbanisme municipaux. Cette perspective à long terme est essentielle pour assurer la pérennité du caractère distinct de la capitale à mesure que de nouveaux éléments seront ajoutés d’ici le bicentenaire en 2067.

Le Plan traite des nouveaux défis du XXIe siècle auxquels la région doit déjà faire face, dont la croissance et le vieillissement de la population, l’urbanisation constante et les pressions connexes liées à la gestion de l’eau douce et des espaces verts en tant que ressources limitées. Le défi des changements technologiques rapides intensifie la compétitivité croissante entre les cités-régions du monde pour attirer des ressources humaines et financières. Le Plan doit aussi tenir compte des effets des changements climatiques et des risques accrus liés à la sécurité. Eu égard à ces facteurs, le Plan de la capitale du Canada présente une série d’orientations stratégiques essentielles que suivront les ministères et organismes fédéraux d’ici 2067. La mise en œuvre de celles-ci exigera l’engagement et la participation active des partenaires fédéraux, provinciaux et municipaux de la CCN, ainsi que de nombreux autres intervenants.