Au printemps 2019, de graves inondations ont causé des dommages importants aux berges québécoise et ontarienne de la rivière des Outaouais, entre les ponts des Chaudières et du Portage. Après les travaux de reconstruction d’urgence effectués à l’automne 2019, du côté ontarien, la CCN a entrepris la reconstruction et la stabilisation des berges au pont du Portage et le long de la rivière des Outaouais.

À propos du projet

L’inondation du printemps 2019 a été la pire de l’histoire dans cette partie de la rivière des Outaouais. Entre les ponts des Chaudières et du Portage, le fort courant résultant des hautes eaux a causé des dommages importants aux berges québécoise et ontarienne.

La reconstruction des berges pour les rendre résilientes est donc nécessaire pour assurer la protection du pont du Portage. Les berges des culées du pont du Portage; les rives nord et sud, à l’est et à l’ouest du pont; de même que la pointe est de l’île des Chaudières ont été endommagées. Pour étayer les travaux à faire et confirmer l’étendue des dommages, la CCN a réalisé des études géotechniques, hydrauliques et bathymétriques.

Étendue des travaux et échéancier

Octobre 2020 à juillet 2021 : travaux sur l’île Victoria

Ces travaux visent à stabiliser les berges de l’île Victoria pour protéger la culée du pont du Portage, du côté de l’Ontario. Ils se coordonnent aux travaux d’assainissement réalisés sur l’île.

2021 : travaux sur la rive québécoise

Hiver 2021 : Des études géotechniques et l’enlèvement des sols potentiellement contaminés sont prévus, afin de faire progresser la conceptualisation de ce projet.  

Été-automne 2021 : Les berges seront remises en état et le sentier polyvalent sera rétabli.

Travaux à venir sur la partie est de l’île des Chaudières

Des travaux auront lieu sur la partie est de l’île des Chaudières afin de stabiliser la berge. Ce projet est au niveau conceptuel et l’examen des options de conception est en cours.


Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des importants projets d’infrastructure de la CCN et sont financés par l’investissement de 52,4 millions de dollars annoncé dans le budget de 2020 du gouvernement du Canada.