Heather Thomson

Gestionnaire, Programme du patrimoine

Qu’est-ce qui rend un lieu spécial? Qu’est-ce qui fait sa valeur? La réponse réside en partie dans les liens qui unissent les gens et les lieux qu’ils partagent.

La fontaine Colonel-By est une magnifique pièce d’eau située au parc de la Confédération, un des nombreux parcs de notre capitale. Mais, personnellement, elle me rappelle toujours ma fille, qui y jetait des pièces de monnaie pour faire un vœu lorsqu’elle était petite.

Ce sont les histoires et les souvenirs qui unissent les gens et les lieux. Au cours des dernières années, la CCN a eu l’occasion d’entendre les récits de personnes qui ont été témoins de l’histoire de lieux qui leur tiennent à cœur. Ces projets d’histoires orales continuent d’enrichir notre compréhension de ces lieux.

C’est une histoire… d’histoires.

Histoire no 1: Les fermes patrimoniales de la Ceinture de verdure

Deux aînés, tout sourire, montrant leurs vieilles photos de famille.
Les Whyte

Ce que nous connaissons aujourd’hui de la Ceinture de verdure de la capitale du Canada remonte aux premiers pas de la CCN dans les années 1960. La CCN a fait l’acquisition de propriétés et les a regroupées pour en faire une immense zone verte protégée autour de la ville afin d’empêcher l’étalement urbain. Pour de nombreuses familles, le processus s’est traduit par l’expropriation de leur maison et de leur ferme.

Nombre de ces fermes, transformées au moyen du reboisement, sont maintenant des zones de protection de la nature et des sentiers de randonnée. Toutefois, la CCN continue de gérer plus de 80 fermes afin de mettre en valeur l’agriculture durable et le patrimoine rural, en les louant à des exploitants agricoles. Lorsque, en 2015, une de ces fermes a été affichée comme espace à louer, la famille qui l’avait exploitée pendant des générations avant d’être expropriée par la CCN a communiqué avec nous. Le couple d’anciens propriétaires nous a montré de vieilles photos de famille et raconté des histoires de leurs années sur la ferme et de l’expropriation qu’ils ont trouvée fort difficile.

Nous avons communiqué avec l’Université Carleton pour engager un étudiant en histoire qui nous aiderait à passer des entrevues, à enregistrer et à documenter l’histoire de la famille. Les souvenirs de cette dernière ont grandement touché notre personnel et prouvé que la Ceinture de verdure, c’est plus que des fermes et des espaces verts : c’est une collection de lieux qui ont un passé et une signification pour des personnes, des familles et des communautés entières. 

Au fil du temps, la CCN s’est engagée à recueillir plus d’histoires orales. Cette démarche nous a aidés à mieux comprendre combien les paysages de la Ceinture de verdure étaient riches de sens. Nombre des propriétés acquises par la CCN ont depuis été transformées en espaces verts. Voilà qui explique pourquoi il est si important pour nous de prendre soin des maisons, des granges et des autres lieux que nous gérons. Les histoires orales, de même que la recherche documentaire, ont aussi mené à la création du Sentier des fermes patrimoniales de la Ceinture de verdure, qui consiste en une série de panneaux d’interprétation répartis dans 10 sites situés à l’intérieur de la Ceinture de verdure.

Histoire no 2 : Un siècle au monastère

En 2016, la CCN a acheté le monastère de la congrégation des Servantes de Jésus-Marie, dans le but de l’intégrer au parc Jacques-Cartier, sur la rive nord de la rivière des Outaouais.

Cette communauté religieuse contemplative et cloîtrée habitait les lieux depuis 1902. Au cours du siècle dernier, les Servantes de Jésus-Marie et le monastère même en sont venus à occuper une place particulière au sein de la collectivité locale et dans l’histoire de la région de l’Outaouais. En fait, elle est la seule congrégation fondée dans l’Outaouais.

Description de la vidéo : Visite guidée du monastère de la congrégation des Servantes de Jésus-Marie.

À la suite de nos expériences dans la Ceinture de verdure, nous nous sommes rendu compte que nous avions la chance incroyable de vraiment comprendre tout ce que ce lieu représentait – et de l’entendre de la bouche même des religieuses qui y habitaient encore. En réalité, c’était plus qu’une chance : nous avions la responsabilité de découvrir l’histoire de ces religieuses qui avaient élu domicile ici il y a plus de 100 ans.

Nous avons communiqué avec la mère-servante, qui nous a informés que des organismes locaux de mise en valeur du patrimoine lui avaient aussi demandé s’ils pouvaient partager leur histoire. C’est donc devenu un projet mené conjointement par les religieuses, la CCN, le Réseau de patrimoine de Gatineau et de l’Outaouais, la Société d’histoire de l’Outaouais et Marie Roy, une femme remarquable qui s’intéresse grandement au patrimoine religieux de l’Outaouais. Nous avons aussi embauché une étudiante de l’Université Carleton qui a contribué à la coordination du projet. En 2018, j’ai eu le privilège d’écouter les entrevues menées auprès des religieuses. Dans plusieurs cas, elles n’avaient jamais raconté leur histoire à personne. Je suis très heureuse que nous ayons une source de référence du temps qu’elles ont passé dans ce lieu spécial. En 2020, la Ville de Gatineau a rendu hommage au projet pour sa contribution à la préservation du patrimoine de Gatineau.

Grâce à leurs témoignages, les religieuses ont donné une voix à l’esprit du monastère, lieu de paix et de contemplation. Ils constituent une source de référence inestimable pour l’aménagement futur des lieux et les interventions qui y seront effectuées.

Histoire no 3: Souvenirs des plaines LeBreton

Les plaines LeBreton sont un emplacement de 29 hectares situé au cœur d’Ottawa et imprégné de l’histoire du Canada. La CCN s’est engagée à lui donner un nouveau souffle, et le projet visera en grande partie à rendre hommage au passé.

Une personne portant un casque d’écoute, vue de dos, dans une cabine d’enregistrement installée dans le cadre du projet de narration Souvenirs des plaines LeBreton. Un employé lui tient compagnie.

La proximité des lieux avec la rivière des Outaouais en a fait un lieu revêtant une signification particulière pour les peuples autochtones et le développement de la capitale. L’expropriation de la collectivité au début des années 1960 a eu des répercussions durables sur l’emplacement. Il est important pour la CCN de reconnaître ces récits et de les associer à l’avenir du secteur.

Nous nous sommes donc associés à FixtPoint Arts and Media en vue d’immortaliser la mémoire collective des plaines LeBreton, une histoire à la fois. En 2019, nous avons interviewé des gens de la communauté, des Autochtones, d’anciens résidants du quartier et des personnes qui ont assisté aux changements survenus aux plaines LeBreton au fil des décennies. Nous avons rassemblé leurs récits sonores au sujet de leurs expériences personnelles et de leurs souvenirs.

Leurs histoires seront réunies dans un court documentaire animé qui paraîtra bientôt. Ce sera une des nombreuses initiatives visant à préserver le patrimoine local et à partager la riche histoire et la culture du quartier des plaines LeBreton.

« Au cours des prochaines années, ne dites pas que vous auriez vécu votre vie différemment si seulement vous aviez entendu cette histoire. À présent, vous la connaissez. »
– Thomas King, The Truth About Stories: A Native Narrative

À mesure que les lieux changent, les histoires qui se cachent derrière peuvent être oubliées. C’est pourquoi il est si important d’enregistrer les récits oraux afin de rendre hommage et de respecter les histoires des personnes qui nous ont précédés. Et cela ne peut que changer notre façon de voir les lieux et de planifier pour l’avenir.

La CCN gère et protège 11 p. cent des biens fonciers de la région de la capitale nationale. Nous gérons beaucoup de terres, mais, pour être plus précis, nous gérons beaucoup de lieux – des lieux qui sont importants pour les gens.


Le présent blogue illustre le rôle que jouent les histoires et la mémoire collective pour faire de l’urbanisme et de l’aménagement d’espaces des outils d’inclusion. Si vous souhaitez en apprendre davantage, ne manquez pas le Labo d’urbanisme du 18 février, où vous pourrez entendre des conférenciers de partout au pays exposer leur point de vue sur ce sujet important.

Infolettre sur le patrimoine culturel

Vous aimeriez savoir ce que nous faisons pour protéger les lieux publics qui définissent le patrimoine symbolique, naturel et culturel du Canada? Abonnez-vous à notre infolettre!