Situées dans la forêt, aux abords du lac Meech, ces ruines recèlent une histoire unique. Ce site du patrimoine industriel d’une grande beauté est très couru des photographes.

Visiter les ruines

Pour vous rendre aux ruines, empruntez le sentier 36 à partir du stationnement P11, situé sur le chemin du Lac-Meech. En été, ce sentier est accessible aux marcheurs et aux vététistes, et en hiver, les ruines sont fermées. Le parcours aller-retour compte 3,25 kilomètres.

Aidez-nous à préserver les paysages patrimoniaux du parc.

  • Laissez les lieux dans le même état que vous les avez trouvés. Respectez les principes de Sans Trace Canada.
  • Évitez de grimper sur les ruines.
  • La baignade est interdite.
  • Les chiens en laisse sont admis pendant la saison estivale.

Installations

Toilettes : Il y a des toilettes sèches au stationnement P11.

Stationnement : Il y a un stationnement à la plage O'Brien (P11), sur le chemin du Lac-Meech, à Chelsea. Des droits d'accès pour les véhicules s'appliquent à certaines périodes de l'année.

Tables de piquenique : Il y a une aire de piquenique à la plage O'Brien.

À propos des ruines

Situées dans une forêt de feuillus près du lac Meech, les ruines sont les vestiges d’une usine d’engrais érigée par un inventeur méconnu, Thomas Leopold Willson. Le complexe comptait à l’origine trois bâtiments : une tour de condensation d’acide, un barrage et une station génératrice. Malheureusement, les ruines n’ont jamais été préservées. La tour a été détruite par un incendie, et aujourd’hui il n’en reste que sa fondation. Le barrage et l’usine, dont on peut voir les fenêtres béantes, se dressent toujours près des chutes en cascades et rappellent le souvenir d’une entreprise riche et novatrice, un pan de notre histoire scientifique.

Historique

Thomas Leopold Willson

Les habitués du parc de la Gatineau connaissent les ruines Carbide Willson, mais l’histoire de l’homme à l’origine de ces bâtiments ne leur est peut-être pas familière. Né en 1860 à Woodstock, en Ontario, Thomas Leopold « Carbide » Willson est un pionnier de l’industrie électrochimique en Amérique du Nord, qui détenait plus de 70 brevets à son nom.

La renommée et le surnom « Carbide » de l’inventeur viennent surtout de sa découverte, en 1892, alors qu’il travaillait aux États-Unis, d’un procédé de fabrication du carbure de calcium, ou calcium carbide en anglais. Comme c’est souvent le cas, cette découverte fut le résultat d’une série d’heureux accidents.

En 1907, Willson achète 460 acres de terrain au lac Meech pour y construire sa résidence d’été. Il utilise les lieux pour continuer ses recherches sur l’azote. Quatre ans plus tard, il construit un barrage, une station génératrice et une tour de condensation d’acide près de sa résidence, sur le ruisseau Meech aux abords du petit lac Meech. L’ensemble forme une usine d’engrais à base de superphosphate (monocalcium phosphate). Malheureusement, en 1915, alors qu’il est à la recherche d’un nouveau capital de risque à New York, Willson s’effondre en pleine rue, terrassé par une crise cardiaque.

De nos jours

L’ancienne résidence d’été, qu’on appelle aujourd’hui la maison Willson, a été vendue à quelques reprises par la suite, et c’est le dentiste Joseph Gilhouly qui l’a vendue à la Commission de la capitale nationale en 1979. Elle est maintenant utilisée par le gouvernement du Canada comme centre de conférence. Pour ce qui est de l’usine, il n’en reste que les ruines de l’ancien moulin, partie intégrante de la centrale électrique, et la base de la tour de condensation d’acide qui a résisté à un incendie.