C’est un lieu paisible où le chef du gouvernement du Canada peut se reposer, réfléchir et discuter en toute sécurité, dans un endroit retiré et une ambiance détendue. La maison principale du lac Mousseau est un édifice fédéral du patrimoine reconnu.

Historique

Un lac, deux noms

L’histoire du lac Mousseau trouve ses origines à l’époque de la colonisation, au 19e siècle. Plusieurs familles se sont installées dans la région, dont les Harrington et les Mousseau. C’est pourquoi le lac est connu à la fois sous le nom de « lac Mousseau » en français et de « Harrington Lake » en anglais.

Exploitation forestière

Les Mousseau avaient bâti une ferme sur les berges du lac, laquelle est restée dans la famille pendant plusieurs décennies. Mais les terres sauvages des collines de la Gatineau étaient peu propices à la culture. L’exploitation forestière a vite remplacé l’agriculture comme principale activité. Au début du 20e siècle, deux Américains, W. A. Drum et W. L. Donnelly, ont bâti une scierie au lac Mousseau pour exploiter les riches forêts de la région.

Maison de campagne

Dans les années 1920, Cameron Macpherson Edwards, membre d’une importante famille d’exploitants forestiers d’Ottawa, a hérité d’une partie de la propriété. Il voyait l’intérêt de ces terrains pour les loisirs et l’exploitation forestière. Il a acheté d’autres terrains autour du lac, portant ainsi la superficie de la propriété à près de 1 200 hectares (3 000 acres). Puis, il a ordonné la démolition des bâtiments de la scierie du lac Mousseau pour les remplacer par la résidence qui sert maintenant de maison de campagne au premier ministre du Canada. Cette maison de 16 pièces est de style néocolonial, très répandu dans les années 1920. On y a ajouté d’immenses cheminées en pierre des champs.

Vocation publique

En 1951, le gouvernement fédéral a acheté la propriété de M. Edwards ainsi que celles de William Duncan Herridge et de la famille Healey. Stanley Healey a été le premier préposé à l’entretien embauché par le gouvernement au lac Mousseau. Le gouvernement n’a pas entrepris immédiatement d’utiliser une partie de ces propriétés pour créer un lieu de détente isolé à l’intention du premier ministre du Canada. L’accession de John Diefenbaker au poste de premier ministre en 1958 a été décisive à cet égard.

Diefenbaker était le premier des premiers ministres canadiens originaires de l’Ouest. Contrairement aux chefs politiques précédents, il ne possédait ni résidence ni chalet pouvant lui servir de lieu de détente à la campagne, dans le centre du Canada. On dit que Stanley Healey aurait amené Diefenbaker à la pêche au lac Mousseau et qu’il aurait obtenu son accord en vue de créer une résidence secondaire officielle.

À la fin des années 1950, un groupe de bâtiments au lac Mousseau a été désigné résidence de campagne sécuritaire et isolée à l’intention des premiers ministres du Canada.

De nos jours

La CCN gère cette propriété de 5,4 hectares (13 acres) depuis 1988. Comme la plupart des résidences officielles, la résidence du lac Mousseau n’est pas accessible au public. Elle sert aux fonctions officielles et privées et compte des bâtiments se prêtant aux affaires officielles et à l’accueil d’invités de l’État.

La propriété comprend quelques bâtiments auxiliaires et deux bâtiments principaux, soit la maison principale et la maison du gardien.

Aperçu des travaux de rénovation

Les travaux réalisés à la résidence du lac Mousseau font partie d’un vaste programme de préservation, d’entretien et de restauration à long terme des résidences officielles gérées par la CCN.

Le rapport publié par la CCN en octobre 2018, intitulé Résidences officielles du Canada – Rapport sur l’état des actifs du portefeuille, présente une analyse détaillée, résidence par résidence, des investissements nécessaires pour remettre en bon état les résidences officielles du Canada. Dans ce rapport, on jugeait que la maison principale et le chalet du préposé à l’entretien étaient dans un état critique et que des dépenses en immobilisation de 17,8 millions de dollars étaient nécessaires pour réhabiliter la résidence du lac Mousseau.

Des travaux de réhabilitation sont en cours et se poursuivent à cette résidence, et depuis 2018, 8,6 millions de dollars ont été affectés à la rénovation de la maison du gardien et de la maison principale.

Rénovation de la maison du gardien

Bâti en 1850, l’ancien chalet du préposé à l’entretien a été démonté et reconstruit sur un emplacement plus grand, à proximité de la maison principale pour des raisons pratiques et fonctionnelles. Ce projet de réhabilitation de 2,5 millions de dollars s’est terminé en juin 2019. Voici quelques caractéristiques de ce bâtiment, qu’on appelle maintenant la maison du gardien.

  • Accessibilité universelle au rez-de-chaussée
  • Superficie accrue de 450 mètres carrés
  • Éléments du bâtiment écoénergétiques
  • Fonctionnalité accrue convenant aux fonctions et activités officielles d’un gouvernement du 21esiècle
  • Éléments patrimoniaux du chalet original datant de 1850

Rénovation de la maison principale

Les travaux de rénovation en cours à la maison principale permettront de résoudre les problèmes décrits dans le rapport sur l’état des actifs du portefeuille des résidences officielles de 2018. Ce projet de rénovation de 6,1 millions de dollars comprend d’importants travaux d’entretien et de renouvellement liés au cycle de vie, dont ceux qui suivent.

  • Éliminer la peinture au plomb des éléments en bois de l’enveloppe extérieure du bâtiment
  • Réparer la charpente du mur extérieur, isoler ce dernier et y installer un pare-air, un pare‑vapeur, un revêtement intermédiaire, un écran pare-pluie et un nouveau revêtement en planches à clin
  • Installer un chauffe-eau moderne et un système de chauffage, de ventilation et de conditionnement d’air
  • Mettre aux normes le système d’extinction des incendies
  • Installer un réservoir d’eau souterrain pour compléter l’équipement de lutte contre les incendies de la maison principale et de la maison du gardien
  • Remplacer les portes extérieures, les cadres et la quincaillerie, restaurer le châssis et le vitrage des fenêtres et installer de nouvelles fenêtres extérieures
  • Isoler les murs qui ne l’étaient pas, et isoler le grenier
  • Démonter et reconstruire deux cheminées en pierre, et réparer la maçonnerie intérieure en pierre
  • Réparer la fondation et y installer une membrane, du crépi et un isolant, de même qu’un système de drainage
  • Apporter des améliorations fonctionnelles, dont l’agrandissement et l’amélioration de l’espace de service

Le projet a été retardé en raison de la COVID-19, mais il devrait être terminé à la fin de 2020.