Rachel Paquette

Agent de programme, Interprétation de la nature

Le mercredi 27 mars 2019, 8 h 00

De toutes les saisons du Canada, l’hiver est sans doute la plus difficile à vivre… et à aimer! Pour les personnes nouvellement arrivées, qui souvent ne savent pas à quoi s’attendre, cette saison représente tout un défi. Or, l’hiver, c’est bien plus que le froid rigoureux, le blizzard et le verglas. C’est aussi une occasion unique de jouer dehors et de profiter des merveilles de la nature. Mais encore faut-il savoir comment en profiter!

Depuis quelques années, j’ai le bonheur d’initier des personnes nouvellement arrivées au Canada aux joies de l’hiver dans le parc de la Gatineau. Accueillies dans un esprit de plaisir et de camaraderie, elles embrassent les traditions canadiennes et découvrent un milieu naturel représentatif de leur pays d’accueil.

Randonnée guidée en raquettes

Le parc de la Gatineau organise chaque année des randonnées guidées en raquettes pour les gens qui vivent leur premier hiver au Canada. Des milliers de personnes nouvellement arrivées y ont participé depuis le début du programme.

« Même si notre mandat pour les classes d’accueil se résume principalement à l’enseignement de la langue, il consiste aussi à mettre les jeunes de nos classes en contact avec diverses réalités québécoises. Les amener à apprécier l’hiver est évidemment un objectif important, puisque les mois enneigés sont souvent un défi pour plusieurs. La découverte du parc de la Gatineau et de la forêt québécoise favorise l’apprivoisement et l’appréciation de la terre d’accueil et, ultimement, suscite un sentiment grandissant d’y appartenir. »

— Julie Demers, enseignante, à propos des randonnées guidées en raquettes


Durant la promenade en raquettes, mes collègues et moi expliquons aux personnes présentes que la raquette était autrefois un mode de transport hivernal essentiel dans la région. C’est avec le sourire aux lèvres et de la curiosité dans les yeux qu’elles en apprennent davantage sur les Algonquins Anishinabés et se familiarisent avec l’histoire et les coutumes du Canada.

Cette activité est aussi l’occasion :

  • de présenter aux personnes nouvellement arrivées au Canada le parc et son mandat de conservation;
  • d’explorer les nombreuses activités que l’on peut y pratiquer en toute saison;
  • de parler des animaux qui vivent dans la région, de leur vulnérabilité et de la façon dont ils survivent à l’hiver;
  • de visiter l’exposition permanente du Centre des visiteurs;
  • de déguster un chocolat chaud avec des guimauves… sans quoi l’expérience serait incomplète.

En côtoyant des guides naturalistes qui les rassurent, ces personnes qui deviennent de nouveaux usagers du parc découvrent un univers de possibilités en dépit du climat qui leur semble, à priori, inhospitalier.

«Ces personnes sont plus que douées pour éveiller la curiosité chez les autres.»
— Julie Demers, enseignante, à propos des guides naturalistes du parc
«J'ai commencé à comprendre que la neige n'est pas une mauvaise chose. Elle est belle. Je me suis bien amusée avec le froid, la guide, mes amis et madame Julie.»
— Alicia, étudiante
«J'ai aimé la raquette parce que j'ai appris beaucoup de choses. J'ai aimé le chocolat chaud aussi. C'était très bon!»
— Le Anh, étudiante

Carnaval d’hiver

Le carnaval d’hiver du parc de la Gatineau se déroule sur deux après-midi durant lesquels les personnes participantes s’adonnent à une foule d’activités :

  • glissage en traîneau;
  • hockey-balle;
  • raquette en forêt;
  • dégustation de gâteries traditionnelles (tire d’érable, s’mores, chocolat chaud);
  • découverte de traditions et de rituels anishinabés;
  • visite du Centre des visiteurs.

Bien qu’il fasse généralement très froid en février, les gens s’amusent et sont reconnaissants pour cette journée d’immersion. Ils quittent le parc avec la ferme intention d’y revenir.

« Mes enfants ont particulièrement aimé jouer des instruments de musique des Premières Nations, toucher les fourrures et deviner de quels animaux elles provenaient et, bien sûr, se remplir la panse de guimauves grillées sur le feu! Bien que frisquette, ce fut une journée mémorable à laquelle j’ai toujours autant de plaisir à participer année après année, et qui me rend très fière d’être néo-Canadienne! »
— Une participante au carnaval de 2018

Cette journée ne serait pas possible sans l’appui des guides interprètes et des bénévoles des Amis du parc de la Gatineau.

Apprendre à camper… mais en été!

Pour vivre une immersion en pleine nature, il n’y a rien comme prolonger son aventure au parc en y passant la nuit. Question de faire découvrir le camping en douceur, le programme d’initiation au camping est offert durant la belle saison — pas en hiver!

Chaque été, depuis 2017, nous accueillons au lac Philippe un groupe de personnes nouvellement arrivées au Canada que nous initions au camping. Cette activité est organisée en partenariat avec Parcs Canada. Dormir sous une tente, préparer son repas sur un feu de camp, faire du canot, partir en randonnée, jouer dans la nature, voilà un aperçu des plaisirs d’été dont elles font l’expérience.

« Ma mère nous a rejoints au Canada il y a deux ans. Elle n’avait jamais fait de camping de sa vie. J’ai trouvé que le programme d’initiation au camping de la CCN était une occasion unique de lui faire découvrir cette activité typiquement canadienne dans un cadre sécuritaire. J’étais très fière d’elle en la voyant monter sa tente toute seule. Elle m’a avoué que c’était beaucoup plus simple que ce qu’elle anticipait. Ce sont des moments précieux partagés en famille dont nous nous souviendrons longtemps! »
— Sophie Wauquier, participante au programme en 2018

En rendant le parc accessible à cette clientèle et en lui faisant vivre des expériences positives en toute simplicité, tout le monde y gagne. Les personnes nouvellement arrivées ont ainsi l’occasion de tisser des liens avec leur collectivité d’adoption, de faire l’expérience de la camaraderie en participant à des activités en nature avec d’autres personnes ainsi que de mieux comprendre la nécessité de protéger et de conserver la richesse de nos milieux naturels.