Isabelle Beaudoin-Roy

Biologiste

Le parc de la Gatineau est un joyau naturel de la région de la capitale du Canada qui abrite de nombreuses espèces en péril. En tant que biologistes du parc de la Gatineau, mes collègues et moi veillons à la protection de ces espèces.

Le faucon pèlerin

Le faucon pèlerin, un oiseau prédateur positionné au sommet de la chaîne alimentaire, fait partie de ces espèces en péril. Ce rapace se nourrit principalement de petits oiseaux. Il aime bâtir son nid sur des parois où il peut se percher.

Cet oiseau majestueux est une espèce désignée vulnérable au Québec et préoccupante au Canada. Dans les années 1950 et 1960, l’usage répandu du pesticide DDT a engendré un déclin important des populations de faucon pèlerin.

Ce pesticide puissant s’infiltre dans la nourriture des faucons et compromet la reproduction en amincissant la coquille des œufs. La population de faucons pèlerins du Canada a été gravement affectée jusqu’aux années 1970; l’utilisation du pesticide a alors été interdite au Canada et aux États-Unis.

Le retour du faucon pèlerin

Après avoir vécu des années difficiles, le faucon pèlerin effectue un retour. En avril 2010, un employé du parc et des chercheurs scientifiques ont rapporté avoir observé un couple.

Armés de jumelles puissantes et d’un télescope, les biologistes étudiants à l’emploi du parc ont surveillé le terrain pendant plusieurs semaines en été afin de documenter la présence de faucons pèlerins au site de nidification localisé sur l’escarpement d’Eardley.

Chaque année depuis 2010, les biologistes étudiants du parc font un suivi pour mettre à jour les données recueillies et s’assurer de l’efficacité des mesures de protection.

La période de nidification

Au parc de la Gatineau, la période de nidification du faucon pèlerin, incluant l’élevage des jeunes, s’étend d’avril à août. L’équipe de biologistes du parc porte alors une attention particulière à la protection de cette espèce sensible au dérangement humain. La présence humaine pourrait perturber un couple de faucons pèlerins qui, en s’agitant, pourraient faire tomber les œufs des oisillons à naître. Des oisillons effrayés pourraient tenter de s'envoler trop tôt et succomber à leur chute. Des dérangements répétés peuvent causer l’abandon du site de nidification vers lequel le faucon pèlerin retournerait normalement d’année en année.

Jeune faucon pèlerin

Les mesures de protection

La CCN met en place des mesures pour protéger les sites de nidification du faucon pèlerin au parc de la Gatineau en raison de la fragilité de ces habitats d’importance. Ces mesures sont semblables à celles de nombreux autres milieux naturels protégés. 

Secteurs fermés

Suite à nos observations des faucons pèlerins ce printemps, nous avons installé de la signalisation afin de protéger les sites de nidification de cette espèce en péril sur l’escarpement d’Eardley. Consultez les cartes des secteurs visés en 2021 et veuillez demeurer en tout temps sur les sentiers officiels. Notez que d’autres secteurs pourraient s’ajouter au cours de la saison, selon les résultats de nos suivis.


Rappelons que les activités de parapente et de deltaplane ne sont pas permises au parc de la Gatineau. Le Parc abrite de nombreuses espèces sensibles au dérangement humain, dont le faucon pèlerin qui niche sur l’escarpement d’Eardley.

La région de la capitale du Canada est choyée d’avoir ce trésor qu’est le parc de la Gatineau, notamment parce qu’il offre un habitat à une espèce en péril d’intérêt comme le faucon pèlerin. Prenons-en soin !