Qu’ils aient des racines, des ailes, des nageoires ou des sabots, tous les êtres vivants sentent venir le printemps. Les êtres humains aussi! Cela dit, les animaux, en particulier, adoptent des comportements annonciateurs du temps doux.

Voici comment certaines espèces locales accueillent la saison du renouveau, dans la région d’Ottawa-Gatineau.

Dans les forêts

Le printemps venu, les animaux qui hibernent, comme l'ours, le hérisson, la chauve-souris et certains tamias rayés et écureuils, s’éveillent après un long sommeil hivernal. Il est vrai qu’ils sortent parfois de leur léthargie au cours des mois d’hiver, mais ce n’est pas pour bien longtemps.

Pendant l'hiver, les réserves de graisse de l'ours noir suffisent à sa survie
Pendant l'hiver, les réserves de graisse de l'ours noir suffisent à sa survie
  • Le tamia se réveille à intervalles de quelques jours. Sa température corporelle remonte à la normale, et il sort pour se nourrir à même les provisions qu’il a accumulées.
  • L’ours noir, s’il lui arrive de sortir de son hibernation, ne cherche pas à se nourrir en période d’éveil hivernal, car ses réserves de graisse suffisent à sa survie.

    Quand arrive le printemps, cependant, tous les hibernants sortent pour de bon. Ils profitent alors d’une nourriture abondante et des conditions favorables de la saison.

    C’est aussi le temps de l’année où les petits des animaux font leurs premiers pas en forêt. De nombreux mammifères, comme le cerf, l’ours, le renard et l’écureuil, viennent au monde au printemps, car ces espèces s’accouplent à l’automne. Les femelles sont donc en gestation en hiver. Cette période plus calme de l’année convient bien à leur état, car elles sont alors moins aptes à chasser ou à se défendre. Les petits aussi en profitent, car ils voient le jour à un moment où la nature les nourrit généreusement.

    Si vous rencontrez des animaux, soyez respectueux : restez à bonne distance, observez-les de loin et n’en nourrissez aucun.

    Dans les étangs

    Quand les étangs dégèlent, il faut porter attention aux grenouilles, crapauds et salamandres. De nombreux amphibiens – des animaux qui vivent en partie en milieu aquatique et en partie en milieu terrestre – pondent leurs œufs dans les plans d'eau.

    Tortue serpentine traversant une route dans le parc de la Gatineau
    Tortue serpentine traversant une route dans le parc de la Gatineau

    Ces animaux se rendent donc à un étang pour s’accoupler. Certains retournent même à l’étang où ils sont sortis de l’œuf. Il arrive que des centaines, voire des milliers d’amphibiens se donnent rendez-vous au même étang, le même soir et toute la nuit. C’est parce que leur période d’accouplement s’est synchronisée au cycle lunaire, pour augmenter leurs chances de trouver un partenaire.

    Si vous passez près d’un étang ou d’un autre plan d’eau, en auto ou à vélo, vous pourriez croiser des grenouilles, des crapauds et des salamandres en train de traverser la route. Respectez la limite de vitesse et regardez attentivement autour de vous. Vous les aiderez ainsi à se rendre indemnes à leur lieu d’accouplement et de ponte.

    Dans les airs et dans les arbres

    Le retour des oiseaux migrateurs est l’un des signes les plus évocateurs de l’arrivée du beau temps. Ceux qui s’envolent vers le sud pour l’hiver, comme le huard, la bernache du Canada et le faucon pèlerin, reviennent par ici au printemps pour faire leur nid et se reproduire.

    Saviez-vous que les oiseaux sont plus actifs et gazouillent davantage en cette saison? C’est que bien souvent, leur chant leur sert à attirer leur partenaire et à éloigner les espèces rivales.

    Si vous entendez des toc-toc, il s’agit peut-être d’un pic-bois. Au lieu de chanter, les mâles frappent de leur bec les arbres, poteaux électriques, cheminées et toits de métal, dans l’espoir d’attirer une femelle.

    Vous remarquerez aussi qu’au printemps, il y a plus d’oiseaux en ville et dans certains milieux naturels. De nouvelles sources de nourriture – fruits, graines et insectes – les y attirent et les rendent plus actifs. Elles procurent aux femelles l’énergie dont elles ont besoin pour produire leurs œufs, puis pour garder le nid et veiller sur leurs oisillons.


    Si vous vous trouvez dans une aire de conservation de la région de la capitale nationale, comme le parc de la Gatineau ou la Ceinture de verdure, suivez les instructions et respectez les éventuelles fermetures visant à protéger la faune. Pour tenir les visiteurs à l’écart des lieux de nidification d’oiseaux comme le huard et le faucon pèlerin, certains secteurs ferment temporairement. Des avis sont alors émis.


    Il n’y a pas que nous, les humains, qui manifestons notre joie de revoir le printemps en passant plus de temps dehors. Les animaux aussi! Vous verrez qu’ils sont présents en plus grand nombre au printemps qu’en hiver, le long des sentiers de randonnée et dans les espaces verts de la capitale du Canada.

    Respectez les animaux et laissez-leur de la place afin qu’ils profitent pleinement du retour du printemps, eux aussi. N’oubliez pas d’admirer la flore! Nous avons dressé pour vous la liste des fleurs sauvages printanières à repérer dans la Ceinture de verdure.

    Abonnez-vous à un ou plusieurs de nos bulletins