En tant que biologiste étudiante en stage à la CCN, je passe beaucoup de temps dehors à explorer les habitats uniques de la Ceinture de verdure de la capitale du Canada. L’un des aspects que j’aime vraiment de mon travail, c’est d’avoir l’occasion de suivre de près les changements de saison. Le printemps me séduit tout particulièrement, en raison des terrains boisés qui sont en constante évolution. Chaque mois, il y a quelque chose de nouveau qui fleurit dans la forêt. Le paysage n’est donc jamais tout à fait le même.

L’apparition de fleurs sauvages printanières

Le soleil et le temps chaud des dernières semaines ont provoqué l’apparition de fleurs sauvages printanières dans la Ceinture de verdure. Les fleurs éphémères du printemps sont parmi les premières à éclore. Celles-ci s’épanouissent durant la brève période printanière où les arbres n’ont pas encore de feuilles, ce qui leur permet de profiter pleinement du soleil, sans avoir à le partager. Parmi les éphémères qui fleurissent tôt au printemps, le trille rouge, qui pousse partout dans la Ceinture de verdure, depuis les boisés ombragés du Marécage rocailleux jusqu’aux forêts entourant la tourbière Mer Bleue, figure parmi nos préférées. D’autres fleurs printanières hâtives attirent l’attention, notamment l’érythrone d’Amérique et la claytonie feuille-large.

Le trille rouge 

La capitale du Canada abrite de nombreuses espèces de trilles – blancs et rouges – qui apparaissent tous à la fin d’avril ou au début de mai. Les trilles rouges éclosent tôt et, comme leurs congénères blancs, ils ont de larges feuilles plates, disposées perpendiculairement au sol, ce qui leur permet de prospérer dans les terrains boisés qui deviendront bientôt ombragés.

Ces fleurs se distinguent par l’odeur qu’elles dégagent, et qui est bien loin du doux parfum auquel on s’attend d’une fleur sauvage printanière. En fait, leur odeur est carrément répugnante. Comme les trilles sont pollinisés par les mouches, plusieurs de leurs caractéristiques ont évolué expressément pour attirer ces insectes pollinisateurs, y compris leur senteur particulière, qui rappelle la viande pourrie. La couleur rouge-pourpre flamboyante du trille rouge lui confère un atout additionnel, car c’est la couleur de la charogne! Même si ces caractéristiques ne sont d’aucun attrait pour nous – ce qui n’est pas le cas pour les mouches –, nous pouvons à coup sûr admirer les trilles rouges de loin et voir dans leurs fleurs un signe que le printemps approche à grands pas.

L’érythrone d’Amérique 

L’érythrone d’Amérique, aussi appelé ail doux, est une autre espèce qui fleurit tôt. Ces fleurs éclosent à peu près en même temps que les trilles. On peut déjà apercevoir leurs feuilles partout dans la Ceinture de verdure; elles sortent presque aussitôt que la neige fond et que le sol commence à se réchauffer. La plante présente des feuilles tachetées de gris-brun, ce qui leur donne l’allure de la peau d’une truite. Pour favoriser leur dispersion, les érythrones d’Amérique profitent de l’aide des fourmis : ils échangent une succulente collation contre les services de transport fournis par ces dernières. En effet, les érythrones d’Amérique produisent un élaiosome, qui est essentiellement une source de nourriture riche en nutriments attachée à la graine. Voilà qui encourage les fourmis à recueillir les graines et à les apporter à leurs colonies sous terre, ce qui est idéal pour la germination.

La claytonie feuille-large 

Les délicates fleurs blanches ou rosées de la claytonie feuille-large sont assurément attirantes, mais cette fleur n’a pas été conçue pour attirer notre regard. Fleurissant en mai, ces fleurs voyantes ont comme mission expresse d’attirer les insectes en vue de la pollinisation. Les fleurs agissent comme des appâts à longue portée, incitant les insectes à venir les examiner de plus près. Les pétales peuvent nous sembler blancs, mais la lumière ultraviolette que ces fleurs émettent les fait paraître pourpre vif aux abeilles, ce qui les rend particulièrement attrayantes pour ces dernières. De plus, les délicates lignes roses que l’on voit sur les pétales guident les pollinisateurs directement vers le pollen. Ces caractéristiques nous semblent frappantes, mais elles sont tout simplement irrésistibles pour les insectes pollinisateurs.

Comme le printemps est enfin arrivé, il est temps de sortir, d’aller explorer la Ceinture de verdure et d’admirer ces éphémères du printemps hautes en couleur.

Abonnez-vous à un ou plusieurs de nos bulletins