Temps de lecture : environ 3 minutes

Olivia Pantoja, Alexander Stone

Biologistes, Intendance de la capitale

Imaginez si chaque personne en visite chez vous emportait avec elle un souvenir en partant. Un peu de nourriture par-ci, un morceau de vêtement par-là... rapidement, il vous manquerait de quoi répondre à vos besoins.

C’est un peu ce qui se passe quand on ramasse des plantes, des roches ou des champignons dans la forêt pour les emporter. Ces objets naturels servent d’habitat ou de nourriture à la faune et à la flore, y compris les espèces menacées.

Pour des raisons de conservation, la Loi sur la capitale nationale interdit la cueillette sur tous les terrains de la CCN. On y reçoit des millions de visites chaque année, alors chaque geste compte. Lisez la suite pour comprendre pourquoi il est important de laisser à la nature ce qui lui appartient.

Que se passe-t-il lorsque l’on cueille les plantes?

Les gens cueillent des plantes et des champignons pour toutes sortes de raisons : leur bon goût, leurs bienfaits sur la santé, leurs qualités décoratives ou même pour le profit.

Or, même si elle est pratiquée de façon responsable, c’est-à-dire en restant sur les sentiers et en ne prenant que de petites quantités, la cueillette a des impacts. Dans tous les cas, elle n’est pas permise sur les terrains que gère la CCN.

Les plantes prennent beaucoup de temps pour grandir et dépensent beaucoup d’énergie à le faire. Pour comprendre les conséquences de la cueillette, il faut d’abord comprendre le cycle naturel des espèces.

Les plantes à fleurs

Trille blanc

Les plantes à fleurs suivent un cycle qui débute par la dispersion d’une graine dans l’environnement.

  • Dispersion des graines : Les fruits libèrent leurs graines.
  • Germination : Les graines se développent en plantule.
  • Croissance : La plante grandit et passe d’un jeune plant à une plante adulte.
  • Floraison : La plante adulte fait des fleurs.
  • Fructification: Les fleurs se transforment en fruits, qui contiennent des graines (...et ça recommence!).

En cueillant les plantes au stade de la floraison (ou avant, pour les espèces que l’on cueille pour le bulbe), on les empêche de se rendre au stade de fructification et de se reproduire.

Les champignons

Champignons poussant sur un arbre

Les champignons sont bien plus que la partie au-dessus de la terre, que l’on appelle sporophore. Il y a tout un système souterrain sous le champignon, comparable aux racines des plantes. Lorsque le sporophore est cueilli, le système souterrain du champignon est abimé si la cueillette n’est pas faite de façon adéquate.

Les champignons sont des éléments importants de l’écosystème. Ils transforment le carbone présent dans les arbres en décomposition et le gardent dans le sol. Il est important de ne pas les cueillir pour garder l’écosystème en santé.

Et la faune dans tout ça?

Grenouille sur un champignon poussant sur un arbre

Plusieurs espèces animales dépendent des feuilles, des fleurs ou des fruits des plantes. Les cueillir diminue ces ressources vitales pour la faune.

Par ailleurs, certains animaux sauvages tels que les insectes et les oiseaux entretiennent des partenariats avec les plantes et les arbres à fleurs. En voici quelques exemples :

  • Les fleurs fournissent du nectar aux abeilles.
  • Les feuilles accueillent des chenilles.
  • Les fruits attirent les oiseaux, comme les orioles.

    Contribuons à la conservation

    La priorité de la CCN est de protéger les écosystèmes des parcs et des environnements naturels dont elle est responsable. C’est pourquoi elle y interdit la cueillette. Contrevenir à ce règlement, c’est risquer de recevoir une amende pouvant s’élever à 500 $.

    Il arrive que les conséquences de la cueillette soient si importantes que l’intervention humaine devienne nécessaire à la survie locale de l’espèce. C’est le cas pour l’ail des bois, car il s’écoule de 7 à 10 ans entre sa germination et sa première floraison. Comme sa croissance est très lente, cette espèce est particulièrement vulnérable.

    Au printemps 2021, la CCN a saisi 7 000 bulbes d’ail des bois cueillis illégalement dans le parc de la Gatineau. Pour sauver cette espèce fragile, les biologistes encore aux études qui travaillent au parc de la Gatineau ont replanté au-delà de 3 000 bulbes d’ail des bois.

    Biologiste faisant la plantation d’ail des bois en forêt

    Traitez la nature comme vous aimeriez que les autres traitent votre chez-vous. Chaque geste compte. Que vous visitiez la Ceinture de Verdure, le parc de la Gatineau ou un parc urbain, suivez les principes de l’éthique du plein air. Ne laissez que vos traces de pas sur les sentiers et ne ramenez que des photos avec vous.


    Si vous êtes témoin de cueillette ou de vente illégale de plantes ou de champignons, communiquez avec nous.

    Ligne d’urgence de la CCN : 613-239-5353