Le lac Pink en automne


Le lac Pink est le lac le plus exceptionnel du parc de la Gatineau en raison de ses caractéristiques particulières. Sa rare beauté en fait l’une des destinations les plus fréquentées du parc. Un sentier trois saisons en fait le tour et on y trouve un belvédère.

Malgré son nom, le lac Pink (rose, en anglais) n’est pas rose. Il est vert. Il a été nommé en l’honneur de la famille Pink, qui s’est établie à cet endroit en 1826.

Important

  • Le lac Pink est très fragile, d’où l’importance de respecter les principes de l’éthique du plein air.
  • Les chiens et autres animaux domestiques y sont interdits.
  • La baignade y est interdite.
  • Les embarcations nautiques y sont interdites.

Visiter le lac Pink

Heures d’ouverture et comment s’y rendre

Le point d’accès le plus direct au lac Pink est le stationnement du Lac-Pink, accessible via la promenade de la Gatineau.

  • En été, la promenade est ouverte à la circulation automobile, aux cyclistes et aux marcheurs selon un horaire variable.
  • En hiver, la promenade est réservée au ski de fond.


S’y rendre lorsque la promenade est fermée à la circulation automobile

On accède aussi au lac Pink à partir du stationnement P6 (domaine Mackenzie-King), mais c’est alors plus long et cela demande un effort physique. Depuis Chelsea, empruntez le chemin Kingsmere et tournez à gauche, sur le chemin Swamp, puis à droite, sur le chemin Barnes. L’entrée est à gauche.

Points d’intérêt

Sentier du Lac-Pink

Le sentier du Lac-Pink est une boucle de 2,3 km qui entoure le lac Pink. On y trouve des escaliers et des panneaux d’interprétation. Il est fermé l’hiver.

Belvédère du Lac-Pink

Le belvédère du lac Pink offre un point de vue unique sur le lac.

Installations

  • Stationnement : Il y a deux parcs de stationnement gratuits, l'un au belvédère et l'autre au sentier du Lac-Pink.
  • Toilettes : Il y a des toilettes sèches au stationnement du sentier du Lac-Pink.
  • Accès universel : Le belvédère du lac Pink est d'accès universel, ainsi qu'un court tronçon au début du sentier du Lac-Pink. Un espace par stationnement est réservé aux détenteurs d'une vignette de stationnement pour personnes handicapées.

À propos du lac Pink

Un lac méromictique

Le lac Pink est méromictique, ce qui signifie que les eaux du fond et du dessus ne se mélangent jamais. Normalement, les couches d’eau d’un lac se mélangent complètement chaque année au printemps et à l’automne sous l’effet de la densité de l’eau, de sa température et de celle de l’air et du vent. Ce brassage des couches d’eau répartit uniformément les nutriments et l’oxygène.

Les couches d’eau du lac Pink ne se mélangent pas, parce que c’est un petit lac qui a la forme d’une cuvette et qu’il est entouré de falaises escarpées qui le protègent du vent. Les sept derniers mètres du lac sont privés d’oxygène.

Pourquoi le lac Pink est-il vert?

C’est la prolifération d’algues microscopiques qui donne cette magnifique couleur verte au lac. Bien que le phénomène soit de toute beauté, il est très nuisible. Cette végétation s’approprie peu à peu l’oxygène et suffoque le lac. Ce processus naturel appelé « eutrophisation » peut prendre plusieurs milliers d’années.

Malheureusement, la popularité du lac Pink auprès des visiteurs du parc a accéléré ce processus avec les années. Les algues proliféraient à un rythme tel que l’eutrophisation n’aurait pris que quelques dizaines d’années. Pour que les générations futures puissent profiter du lac, nous avons réhabilité le site en construisant des passerelles et un sentier afin de limiter les dégâts causés par l’érosion. De plus, des bénévoles ont aidé à planter 10 000 petits arbres.

La vie dans le lac Pink

L’absence d’oxygène au fond du lac fait en sorte qu’un seul organisme vit dans ses profondeurs : un organisme anaérobie préhistorique. C’est une bactérie photosynthétique rose qui utilise le soufre au lieu de l’oxygène pour transformer la lumière du soleil en énergie.

Le lac Pink abrite aussi l’épinoche à trois épines, un poisson d’eau salée laissé par la mer de Champlain qui recouvrait autrefois la région. Ce petit poisson d’eau salée s’est adapté à la désalinisation graduelle du lac, si bien qu’il vit aujourd’hui dans l’eau douce du lac.